Urgent – Noticias Caracol en possession d’un clip audio révélant le nom du mercenaire colombien qui a fait feu sur Jovenel Moise. Badio a planifié les opérations 24 h à l’avance

Les témoignages confirment ce qu’EL TIEMPO avait révélé il y a quelques semaines : que les ex-militaires recherchaient une fortune de 45 millions de dollars et qu’ils auraient droit à 18 millions de dollars si l’opération réussissait. Yepes, Pineda, Romero et Capador sont les 4 mercenaires qui, selon le journal télévisé Noticias Caracol, ont pénétré dans la chambre où se trouvaient le président Jovenel Moise et son épouse.
« Nous sommes entrés dans la maison et au premier étage, nous sommes allés du côté gauche, il y avait une sorte de salon, comme une table de réunion, une grande table, au fond il y avait une salle de bain, donc nous avons vidé cette salle de bain…«

Mercredi, de nouveaux détails ont émergé sur l’assassinat du président haïtien Jovenel Moise, dans lesquels des mercenaires colombiens ont expliqué, selon Noticias Caracol, comment le crime a été perpétré.
Pour réaliser cette macabre opération sur le sol d’Haiti, le sous-lieutenant Carmona affirme qu’il y avait au total 16 armes et que tous les hommes ne portaient pas d’armes le 7 juillet 2021.
Noticias Caracol a expliqué que les Colombiens étaient répartis en quatre équipes de cinq personnes : le sergent Duberney Capador était censé être chargé de superviser l’opération à l’intérieur de la maison du président et communiquait constamment avec Rivera, qui attendait à l’entrée.
Selon l’unité d’enquête de ce média, les Colombiens sont partis à bord de six voitures pour effectuer l’opération à 1 heure du matin le 7 juillet. Ils étaient accompagnés des Haïtiens Joseph Badio, James Solages et de quatre policiers de la PNH.
« Le premier détachement de véhicule avait trois policiers et deux des 20 hommes venus d’ici. Ils sont arrivés à un endroit où se trouvait la police et ils se sont arrêtés et ont neutralisé les policiers qui étaient là« , a déclaré le sergent (retraité) Ángel Yarce Sierra. Selon les informations des médias, le sergent (à la retraite) Duberney Capador devrait superviser l’opération à l’intérieur de la maison du président et rester en communication avec le capitaine (r) Germán Rivera, qui attendrait à l’entrée de la résidence du couple présidentiel.

Qui a fait feu en premier sur Jovenel Moise ?
Qui a tué Moise ? Deux des Colombiens arrêtés ont désigné Victor Pineda comme la personne qui a tiré sur le président, selon Noticias Caracol.

Quelques jours avant le crime, Badio, ancien fonctionnaire du ministère haïtien de la Justice et proche collaborateur du ministre de la Justice, Rockfeller Vincent, a donné des consignes au capitaine (r) Germán Rivera, plus connu sous le nom de Mike et chef du groupe de mercenaires, qui a déclenché la crise dans le pays. ” Il a dit que tout le monde devait être tué (…) la police, la sécurité du président, tout le monde à l’intérieur de la maison, devait être tu” , a déclaré Rivera.

Mike a dit que nous devions entrer et tuer tout le monde, que nous devions tuer tous les policiers, ou plutôt, s’il y avait même une mascotte, tuer la mascotte, qu’il ne pouvait y avoir aucun témoin. Ils nous ont fait croire qu’il y avait un mandat d’arrêt, mais Mike nous a dit qu’il était temps de tuer le président« .
Rivera a également expliqué comment s’est déroulé le jour de l’assassinat : ” Les premiers coups de feu ont été entendus lorsque nous étions avec la police au deuxième poste de sécurité. Comme ils ont commencé à nous tirer dessus depuis la maison, les hommes sont partis à pied, et non dans les véhicules comme prévu (…) sur environ 80 mètres, une avenue très étroite et droite” .

Le témoignage de Carmona se poursuit ainsi :” On a commencé à se faire tirer dessus, alors tout le monde s’est mis contre des murs et autres. Alors à ce moment-là, j’ai, bien sûr, cherché une couverture protectrice, nous avons… ….. Il y avait des tirs croisés et nous répondions évidemment au feu pour ne pas être tué” , a-t-il révélé.
Lorsqu’ils ont réussi à pénétrer à l’intérieur, « il y avait entre 4 et 5 policiers à l’intérieur de ce bureau, allongés mais vivants, et ils disaient : ‘non, s’il vous plaît, s’il vous plaît, non’ .Alors, nous avons allumé et nous avons…. Certains camarades, je suis resté à allumer parce que j’étais le seul à avoir la lampe et d’autres camarades sont restés à les sécuriser, d’autres leur ont mis les menottes. Ils avaient des armes là, des fusils, des pistolets, ils avaient beaucoup de choses là, mais ils ne les ont pas utilisées, a raconté Carmona.

Selon les enregistrements audio de Noticias Caracol, l’un des Colombiens, prénommé Franco, a déclaré que Víctor Pineda était celui qui avait tiré sur le président. « Ils disent que c’était Pineda. (…) Ils l’ont entendu lui-même. (…) Il est très inquiet, ce garçon n’a pas de tranquillité ». Carmona, interrogé, a répondu de la même manière : « Je veux juste qu’il écrive un nom de famille et vous pourrez enquêter pour voir si c’est vrai ou non : Pineda« ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊