Referendum du 14 juin 1964 (99.99% oui) : « Languichatte Debordus »(Theodore Beaubrun) membre du comité 56-57 pour modification de la Constitution et la proclamation de F. Duvalier, président à vie d’Haïti

Le défunt-dictateur François Duvalier organisa le 14 juin 1964 un référendum afin de modifier la Constitution haïtienne et obtenir le droit de rester au pouvoir indéfiniment (ad vitam aeternam !). Toute opposition étant interdite, les opposants emprisonnés ou exilés, et le résultat du ministère de l’Intérieur fut sans surprise.

Choix Nombre de bulletins
Oui 2 800 000 (99.99% oui)
Non 3 234 (0.1% non)

A l’instar de nombreux dirigeants haïtiens, [l’apprenti-dictateur Jovenel Moise est également animé de cette ambition], Duvalier a produit une constitution pour consolider son pouvoir. En 1961, il a violé les dispositions de l’article 77 de la Constitution de 1950, qui était toujours en vigueur à son élection en septembre 1957.

le 14 juin 1964, le sénat établi en 1807 a disparu pour être réapparu au deuxième lundi de janvier 1988 et est devenu aujourd’hui l’une des plus grandes sources de corruption et de misère en Haïti.

Dimanche 14 juin 2020 ((rezonodwes.com))–Bien que le Dr. François Duvalier soit arrivé au pouvoir par des élections – (une sélection faite par Kébreau) – en 1957, il a perdu par la suite toute crédibilité en raison d’une réélection frauduleuse en 1961, d’un référendum truqué le 14 juin 1964 qui l’a confirmé à vie comme président d’Haïti, et de la répression sévère et implacable qu’il a menée, principalement par le biais des Volontaires de la Sécurité Nationale (VSN), ou tonton makouts. Duvalier (« Papa Doc ») a prolongé son règne illégitime au-delà de sa mort en désignant son fils Jean-Claude (« Baby Doc ») comme son successeur.

Le comité de la campagne électorale du Dr. François Duvalier 1956-1957, lui a été d’une très grande utilité en juin 1964 dans sa réélection de président à vie en organisant un référendum vicié à la base. Il a fallu plus d’un demi-siècle plus tard pour connaître les noms des figures de proue qui ont tout fait pour consolider la « Révolution ». Étonnamment, le nom d’un comédien haitien de tous les temps, le bien-aimé de plusieurs générations, Théodore Beaubrun alias Languichatte Débordus, figurait parmi la vielle garde du régime dictatorial des Duvalier.

Théodore Beaubrun, l’un des principaux comédiens et acteurs haïtiens, est décédé en juillet 1998 à Port-au-Prince. Il avait 79 ans, mais, semble-t-il, il s’était démarqué de la vie politique à l’avènement du dauphin de Papa Doc, et s’était consacré à la culture en produisant des sketchs et des feuilletons à la télévision. Mais rien n’a laissé présager que Languichatte durant ses 40 ans de carrière avait mené une lutte active aux côtés des sbires duvaliéristes dans l’établissement d’une dictature la plus féroce en Haïti de 1957 à 1986.

consolidation du pouvoir

En 1961, deux ans seulement après la création des VSN par Duvalier, les tontons makout avaient plus de deux fois la puissance de l’armée. Au fil du temps, le groupe a gagné encore plus de pouvoir. Tandis que la Garde présidentielle protégeait Duvalier contre ses ennemis dans la capitale, les makouts étendaient son autorité dans les zones rurales et ne sont jamais devenus une véritable milice, mais ils étaient plus qu’une simple police secrète. Leur influence omniprésente dans les campagnes a favorisé le recrutement, la mobilisation et le patronage du régime.

L’ambassadeur américain Timmons a assisté à une grande messe organisée en l’honneur de Duvalier pour promouvoir sa campagne « Président pour la vie ». Le 2 janvier 1964, pour arriver au referendum du 14 juin, le dictateur a qualifié l’année 1964 d’ »année de procès« , et il a annoncé : « Je ne cherche pas la violence, je ne cherche pas les représailles, mais je ne crains pas de les exercer partout où cela est nécessaire« .

une vraie mascarade : tous les bulletins étaient marqués OUI, avant le vote

le 14 juin 1964, duvalier adopte le drapeau noir et rouge

Le 14 juin 1964, le peuple haïtien a « élu » Duvalier président à vie. Techniquement, il ne s’agissait pas d’une élection, mais d’un référendum visant à approuver une nouvelle constitution qui prévoyait que Duvalier serait président à vie. Tous les bulletins de vote ont été marqués « oui » à l’avance et les sondages n’ont pas limité le nombre de bulletins qu’une seule personne pouvait déposer. Duvalier a reçu 2,8 millions de voix en sa faveur, et 3 234 contre. La législature haïtienne a accepté le vote pour la nouvelle constitution le 21 et Papa Doc a prêté serment le 22 juin.

Démontrant l’engagement de Duvalier à promouvoir l’africanisme en Haïti, la nouvelle constitution a changé les couleurs du drapeau haïtien, passant du bleu et du rouge au noir et au rouge, le noir symbolisant « les liens de la République noire avec l’Afrique ».

Soulignons quand Duvalier s’est fait proclamer « président à vie’, ce 14 juin 1964, le président américain Johnson était en campagne électorale pour sa réélection. Situation similaire en 2020, avec l’insistance de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise de parvenir à l’organisation d’élections-bidon et afin de garder le pouvoir au-delà du 7 février 2021.

Notes et références:
U.S. Library of Congress
Coleman, A. (2004) The devil you know: US-Haitian relations 1957-1968
CIA report on Situation and Prospects in Haiti. Central Intelligence Agency, 27 Oct. 1966, pg 7.

Catechisme de La Revolution par Jean M. Fourcand, En l’honneur du Docteur Francois Duvalier (1964) Library of US Congress

Membres du comité 1956-1957 de l’organisation des manifestations dans le cadre de la Permanence de la Révolution :

Le Catéchisme de la Révolution est disponible à la Librairie du Congrès des Etats-Unis.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊