Racisme aux États-Unis: les forces de l’ordre s’entrainent à tirer sur des photos d’afro-américains

Pour bien comprendre le préjugé racial qui fait actuellement rage aux États-Unis d’Amérique, il ne faut pas se limiter à l’affaire de Floyd. Il faut remonter plutôt dans le temps. Savez-vous que, il y a quelques années de cela, la police de Miami s’entrainait à tirer sur des photos de noirs ?

En effet, dans un article publié en 2015, le journal en ligne « NBC » a publié un article selon lequel des tireurs d’élite de la ville de Miami ont été épinglés pour s’être exercé à tirer (entraînement) sur des clichés d’identité judiciaires de jeunes Afro-Américains.

La police de Miami a été vivement critiquée après cette découverte, a révélé la chaîne NBC Miami, samedi 17 janvier.

Valerie Deant, sergent de la Garde Nationale en Floride, raconte sa surprise quand elle a constaté que des tireurs d’élite de la police de North Miami Beach ont utilisé comme cibles des clichés d’identité judiciaire d’Afro-Américains pour s’exercer au tir. L’une de ces photos était celle de son frère ! L’image datait de quinze ans, alors que son frère, âgé de 18 ans, avait été arrêté.

Je me suis demandée pourquoi mon frère servait de cible d’entraînement ? J’ai pleuré plusieurs fois », raconte Valerie Deant à la chaîne de télévision. La Ville de Medley, propriétaire du Centre de formation aux armes à feu, a fait savoir qu’il loue les installations et ne sélectionne pas les cibles utilisées par la police et l’armée.

Neanmoins, il n y a pas eu de sanctions disciplinaires pour ces policiers racistes. Le chef de police de North Miami Beach, J. Scott Dennis, admet que c’est une erreur de jugement de la part des tireurs d’élite dans le choix des cibles. Il affirme que l’utilisation de photographies réelles comme cible pour l’entrainement au tir est une technique largement utilisée. Toutefois, il réfute toute accusation de profilage racial, affirmant que plusieurs membres de l’équipe des tireurs d’élite sont Afro-Américains.

Nos règles n’ont pas été violées », estime J. Scott Dennis. « Il n’y aura pas de sanctions disciplinaires. » NBC dit avoir interrogé plusieurs services de police de différents Etats des Etats-Unis pour savoir si la pratique d’utiliser des photos réelles pour des entrainements est courante. Tous affirment qu’ils n’utilisent que des cibles produites et non des images de vraies personnes.

Interrogée par le Huffington Post, la major Kathy Katerman a affirmé que les policiers s’entraînent au tir en se servant d’une série de clichés d’identité judiciaire montrant des hommes « de toutes les races », blancs, noirs et Latino-Américains.

Une enquête interne a toutefois été ouverte et programme de formation de tireur d’élite est suspendu le temps que celle-ci puisse apporter des éclaircissements. J. Scott Dennis a fait savoir que, lorsque les entraînements reprendront, le nombre d’images sera largement accru. De plus, il ne s’agira plus de photos de suspects et les officiers devront retirer leurs cibles après utilisation sur le champ de tir.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊