Platform News HT

Quand La Lime souffle le chaud et le froid : « Haïti a besoin d’une solide réponse COVID-19 pour maintenir la stabilité nationale » avec « l’inculpé de président » Jovenel Moise

Le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) et 19 agences des Nations unies ont travaillé ensemble pour soutenir un pays en proie à une pandémie qui pourrait mettre en péril le fragile équilibre entre stabilité, sécurité et développement, a déclaré le chef de la mission au Conseil de sécurité vendredi.

Ce pays de Noirs libres, quand est-ce que finalement on va laisser le soin au peuple de prendre ses destinées en main ?

Mardi 23 juin 2020 ((rezonodwes.com))–Sur fond de fragilité de longue date, exacerbée par 18 mois d’une crise politique, économique, sociale et institutionnelle prolongée, la pandémie  » étire le système de santé déjà fragile de ce pays et met à l’épreuve son maigre dispositif de sécurité sociale « , a déclaré par vidéoconférence (VTC) la représentante spéciale et chef du BINUH, Helen La Lime.

« Pays de plus de 11 millions d’habitants, Haïti n’a actuellement la capacité de traiter que quelques centaines de patients à la fois« , a-t-elle poursuivi, attirant également l’attention sur « la coordination sous-optimale au sein de l’Etat » et « le financement insuffisant du plan national de réponse« .

Mme La Lime a également soutenu que si les dimensions sanitaires et socio-économiques de la pandémie ne sont pas traitées de toute urgence, elles risquent d’aggraver encore la situation humanitaire et socio-économique, menaçant d’importantes souffrances humaines et d’importants flux de population – ce qui aurait un impact significatif sur l’ensemble de la région. A aucun moment, la corruption institutionnalisée par le régime n’a été pointée du doigt.

Malgré la pandémie, au cours des quatre derniers mois, le BINUH et l’équipe de pays des Nations unies ont aidé les autorités et les institutions haïtiennes à progresser vers la stabilité et le développement durable, détaille le rapport, alors qu’Haïti est le seul pays de la région où un pouvoir législatif est absent et que le président, un apprenti-dictateur s’amuse à multiplier décrets sur décrets dont certains très mal rédigés en pleine violation de la Constitution toujours en vigueur.

« Malheureusement« , a reconnu Mme La Lime, « nous continuons à fonctionner dans un contexte où le respect du principe de responsabilité reste un défi majeur« .

Helen La Lime qui prône un meilleur lendemain pour les haitiens a insisté sur des réformes. « Une telle réforme ne peut réussir que si elle est le résultat d’un processus national qui combine un leadership fort et de véritables efforts de la part de tous », a-t-elle souligné. Un leadership fort pourrait-il être trouvé dans un leader dénoncé de graves corruptions, de détournements de fonds publics et de crimes contre sa population ?

En conclusion, la représentant spéciale a déclaré que le BINUH continuera à encourager les autorités à « amplifier la lutte contre l’impunité et la promotion des droits de l’homme » sans jamais remonter au rapport officiels de la Cour des Comptes sur le plus grand crime financier du siècle commis en Haïti. Helen La Lime n’est-elle pas entrain de souffler le chaud et le froid ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊