Pillage, incendie à Universal Motors : 48 heures après, Réginald Boulos tente de dresser un bilan définitif

Le Mardi 16 mars 2021, Fantom 509 composé des agents des forces de l’ordre, selon les explications de ses membres, ont manifesté dans l’aire métropolitaine en vue d’exiger au haut commandement de la PNH, la récupération des cadavres de leurs frères d’armes qui ont été assassinés Vendredi 12 mars passé lors d’une opération à village de Dieu.
L’universal motors à été d’objet de pillage, d’incendie et vol de véhicules au cours de cette journée de protestation, par des individus non identifiés. Le propriétaire de ladite compagnie, Dr Réginald Boulos, deux jours après, n’est pas en mesure de communiquer le bilan définitif, d’après ses dires, ce Vendredi 19 mars 2021.
« 8 véhicules neufs ont été volés, trois ont été récupérés ; 2 par la population du côté de Gérald Bataille et l’autre par la police nationale à caradeux.
Plusieurs véhicules Sont recherchés. Les individus opéraient en toute quiétude, ils ont volé aussi des batteries et autres, explique Dr Réginald Boulos en précisant que parmi les véhicules volés, plusieurs autres appartenaient à des clients ».
« Nous ne savons pas clairement toutes les pertes car le dévis n’est pas encore préparé, confie le dirigeant de l’organisation politique MTV AYITI. Il y a une dame bléssée dans la main, des employés étaient victimes de bastonnade mais il n’y a aucun meutre, c’est le plus important. Lors d’un tel sinistre, la vie humaine est plus importante que les biens matériels », poursuit-il.
Interrogeant l’entrepreneur à propos de l’assurance de ces entreprises, il fait savoir qu’en dépit de l’assurance d’une entreprise, le propriétaire sera toujours perdant dans de pareils événements. certes, toutes nos entreprises sont assurées, mais en matière d’assurance 1 n’est pas égal à 1 mais de préférence à sa moitié, explique – t – il. 
Pour l’ancien supporteur de jovenel Moïse aux dernières élections présidentielles, ce ne sont pas les manifestants qui ont attaqué l’universal Motors mais plutôt des bandits. Ils ont essayé de kidnapper  un employé. Sans langue de bois, l’homme d’affaires pointe du doigt Jovenel Moïse qu’il qualifie de président de facto, comme auteur  intellectuel de l’attaque.
« Ils comptaient renvoyer 200 employés de Nissan au chômage. Même quand j’ai pris deux ou trois mois pour reconstruire, tous les employés garderont leur travail, aucun d’entre eux ne va pas être en indisponibilité », laisse entendre l’homme politique. 
C. E/Image7 

source

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊