Pauvreté & Richesse : Les inégalités entre les groupes ethniques sont flagrantes

Les disparités en matière de pauvreté multidimensionnelle au sein des groupes ethniques demeurent élevées dans de nombreux pays, et dans neuf groupes ethniques plus de 90% de la population est frappée par la pauvreté, selon L’indice mondial de pauvreté multidimensionnelle (IPM) publié jeudi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
« L’indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) de cette année nous rappelle que nous devons produire un tableau complet de la façon dont les personnes sont touchées par la pauvreté, en spécifiant qui elles sont et où elles vivent, si nous désirons progresser à partir de cette crise et concevoir des réponses efficaces qui n’oublient personne », a déclaré l’Administrateur du PNUD, Achim Steiner, à l’occasion de la publication de l’étude.
M. Steiner a également souligné que la pandémie de Covid-19 avait « érodé les progrès du développement dans le monde ». « Et nous avons encore du mal à comprendre tous ses effets », a-t-il dit.
L’IPM, produit par le PNUD et l’Initiative d’Oxford sur la pauvreté et le développement humain (OPHI), mesure la pauvreté compte tenu de diverses privations qui touchent les personnes dans leur vie quotidienne, notamment une santé menacée, une éducation insuffisante et un niveau de vie bas. 
Ce dernier rapport examine le niveau et la composition de la pauvreté multidimensionnelle dans 109 pays couvrant 5,9 milliards de personnes et présente, à partir des informations disponibles, une ventilation des données par ethnie/race/caste pour 41 pays.
Le rapport constate que, dans certains cas, les inégalités en termes de pauvreté multidimensionnelle parmi les groupes ethniques et raciaux sont plus importantes que les disparités entre les régions géographiques infranationales. 
En effet, lorsque l’IPM est ventilé par groupe ethnique, les variations de valeurs sont plus importantes que celles de l’ensemble des 109 pays et de toutes les autres subdivisions testées. 
Il montre également comment, au sein d’un pays, la pauvreté multidimensionnelle parmi les différents groupes ethniques varie énormément. 
Par exemple, le pourcentage de personnes souffrant de pauvreté multidimensionnelle peut varier de plus de 70% d’un groupe ethnique à l’autre au Gabon et au Nigéria. 
En Amérique latine, les peuples autochtones sont parmi les plus pauvres. Par exemple, en Bolivie, environ 44% de la population est constituée de communautés autochtones, qui représentent cependant 75% des personnes souffrant de pauvreté multidimensionnelle. 
Les chiffres sont également frappants en Inde, où cinq personnes sur six touchées par la pauvreté multidimensionnelle appartiennent à des tribus ou des castes inférieures. 
L’analyse multidimensionnelle décrit également les prochaines étapes. L’IPM combine l’incidence et l’intensité de la pauvreté. 
Par exemple, les IPM des deux groupes ethniques les plus pauvres de Gambie – les Wolofs et les Sarahules – ont à peu près la même valeur, mais leurs privations diffèrent, ce qui suggère que différentes mesures politiques seront nécessaires pour réduire la pauvreté multidimensionnelle. 
Une analyse de la pauvreté multidimensionnelle auprès des ménages et axée sur le genre est également incluse. Dans le monde, environ les deux tiers des personnes qui souffrent de pauvreté multidimensionnelle (836 millions) vivent dans des ménages où aucune femme ou fille n’a terminé au moins six années de scolarité. 
Un sixième de tous ceux dont la pauvreté est multidimensionnelle (215 millions) vivent dans des ménages dans lesquels au moins un garçon ou un homme a terminé six années ou plus de scolarité, mais où aucune fille ou femme n’a eu cette chance. 
Le rapport constate également que les femmes et les filles vivant dans la pauvreté multidimensionnelle sont plus susceptibles de subir des violences au sein du couple. 
Dans le monde, dans 109 pays et parmi 5,9 milliards de personnes :
Les données brossent un tableau sombre de la réalité quotidienne de la vie des personnes qui souffrent de pauvreté multidimensionnelle : 
Bien que la pauvreté multidimensionnelle demeure élevée, des signes encourageants de progrès sont apparus dans certains pays, au moins jusqu’au début de la Covid-19. 
Sur les 80 pays et les cinq milliards de personnes au sujet desquels il existe des données sur une période définie, 70 pays ont réduit leur IPM pendant un certain temps, les changements les plus rapides se produisant en Sierra Leone (2013-2017), suivie du Togo (2013/2014-2017). 
Certains pays ont enregistré les réductions absolues les plus rapides dans leurs régions les plus pauvres, contribuant ainsi à tenir leur engagement de ne pas faire de laissés-pour-compte. Ces zones comprennent le centre-nord au Libéria (2013-2019/2020) et la Province 2 au Népal (2016-2019). 
« Pour parvenir à un avenir où tous les individus disposent de capacités essentielles qu’ils apprécient et trouvent à valoriser, il faut que la communauté internationale corrige les inégalités structurelles qui oppriment et entravent le progrès », a déclaré la Directrice de l’OPHI à l’Université d’Oxford, Sabina Alkire.
La ventilation des données sur la pauvreté multidimensionnelle par ethnie, race, caste et l’étude des tendances qui se dégagent dans le domaine du genre et au sein des ménages révèlent les disparités, selon Directrice de l’OPHI. Elles devraient constituer un guide essentiel qui permettra aux décideurs politiques de n’oublier personne au cours de la prochaine décennie.
Bien que des données complètes sur les effets de la Covid-19 sur l’IPM ne soient pas encore disponibles, la pandémie a révélé des failles dans les systèmes de protection sociale, d’éducation et en ce qui concerne la vulnérabilité des travailleurs dans le monde. 
Ces faiblesses, selon le rapport, sont accentuées dans les pays où les niveaux de pauvreté multidimensionnelle sont les plus élevés. 
Par exemple, des millions d’enfants dans le monde ont cessé d’aller à l’école pendant la pandémie, mais cette perturbation de l’éducation formelle était plus répandue dans les pays à IPM plus élevé. En Zambie par exemple, l’écart entre la part des ménages avec des enfants scolarisés avant la pandémie et ceux qui ont participé à l’apprentissage assisté par l’enseignant pendant la pandémie était d’environ 80 points de pourcentage. 
Les expériences des urgences sanitaires passées suggèrent que beaucoup de ces enfants pourraient ne jamais retourner à l’école. 


document.getElementById( “ak_js” ).setAttribute( “value”, ( new Date() ).getTime() );
Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.
https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js



(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Journal citoyen d’actualités et d’analyses
 
Contact :
Claudy Brien Auguste
Rédacteur en chef
Fritz Louima
Administrateur
Elco Saintamand
Conseiller juridique
Relations Publiques
Daniel Chavannes
Jean Kerby Gédéon
Rédaction:
Nicole Theodore
Natacha Durose
Hervé Noèl
Pascal Fleuristil
rezonodwes@gmail.com ou info@rezonodwes.com
 

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊