Platform News HT

Les Nations Unies et le régime de terreur en Haïti

Jeudi 11 mars 2021 ((rezonodwes.com))–

Ce vendredi 5 mars 2021, Joseph Lissner Mathieu vient d’être extradé aux Etats-Unis, récupéré par des agents de la DEA et du FBI. Le porte-parole de la Police a préféré utiliser le mot transférer comme si cela faisait une différence dans un pays où la loi et la justice n’existent plus. La nouvelle a fait sensation dans le paysage médiatique et dans les réseaux sociaux en Haïti. Joe (pour ses proches) est l’homme de confiance de Jovenel Moïse, c’est Joe Lissner qui gère les affaires du Président, pendant que ce dernier est occupé à planifier la mort de ses concitoyens pour satisfaire les appétits voraces des tuteurs qui l’ont placé au pouvoir.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Cependant, un autre fait dans le fil de l’actualité, de loin beaucoup plus important n’a pas eu pareil intérêt dans les médias et les réseaux sociaux. Pourtant, ces deux faits mis en commun suffiraient à montrer le cynisme de la Communauté Internationale envers Haïti. En effet, pendant que des agents du FBI et de la DEA s’activaient à arrêter l’associé du président, les diplomates du Core Group multipliaient les interventions à l’endroit de la population haïtienne pour montrer q’ils appuient Jovenel Moïse dans ses démarches d’instaurer une nouvelle dictature en Haïti, en dépit des soupçons criminels qui pèsent sur ce dernier.

Haïti s’achemine vers des jours de grand malheur. Les Haïtiens, pour la plupart, sont de plus en plus convaincus que les Nations Unies les considèrent comme des ennemis à abattre. Nous ne sommes plus dans les scénarios complotistes où les Haïtiens se perçevaient comme des cibles privilégiées de dirigeants Occidentaux rancuniers, assoifés de vengeance pour la défaite des généraux français en 1803 à Saint-Domingue. Pour des lecteurs qui pensent qu’il est inconcevable de prétendre que les Nations Unies chercheraient à établir un régime de terreur en Haïti, qu’ils se ravisent en s’informant de ce qui se passait ou se passe toujours dans des pays comme la République Démocratique du Congo (RDC), l’Irak, la Libye, la Syrie, et plus particulièrement en Egypte où l’arrivée des Frères Musulmans au pouvoir démocratiquement a débouché sur un coup d’État de l’armée et une repression lourdement sanglante[1].

Les Nations Unies cherchent à établir un régime de terreur en Haïti. Pour le prouver, il suffit de montrer que le Système des Nations Unies manoeuvre pour étouffer les aspirations legitimes du Peuple Haïtien à la démocratie, à la justice et au bien-être. De ce fait, la répression systématique reste la seule option des Nations Unies pour faire face à une population de plus en plus conscientisée, décidée à prendre son destin en main. Pour cela, nous allons montrer que :

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
  1. le Système des Nations Unies en Haïti agit en tant qu’auxilliaire du régime PHTK.

Le projet de nouvelle constitution rédigé par l’Ambassade américaine, en plus de donner des pouvoirs exorbitants au président de la République, le place également à l’abri des poursuites judiciaires. Article 139: Aucune action ne peut être engagée contre le Chef de l’État pour des actes liés à ses fonctions et accomplis en qualité de Président de la République, même après la fin de son mandat[2]. Les Nations Unies sont en train de légiférer dans un pays indépendant pour garantir l’impunité à des criminels et plus spécialement aux dilapidateurs des fonds Petro Caribe. En faisant du président de la République un citoyen au-dessus des lois, la nouvelle constitution renforce des dispositifs codifiés dans le nouveau code pénal pour garantir l’impunité par le mécanisme des amnisties. Dans le nouveau code pénal, il est dit : Article 221.- Le droit d’amnistie attribué au Chef de l’Etat … Article 222.- … L’amnistie fait cesser toutes poursuites contre les personnes inculpées, prévenues ou accusées, et même les personnes condamnées par défaut[3]. S’il est évident que ces articles ont été rédigés à l’intention des dilapidateurs des Fonds Petro Caribe et des auteurs des massacres, il ne fait aucun doute, qu’ils visent aussi à instituer un régime d’impunité au mépris du droit à la justice du peuple haïtien.

Le gouvernement de Jovenel Moïse fonctionne par décret depuis le mois de janvier 2020, mais bien avant cette date, le gouvernement, a toujours été un gouvernement qui ne se soumettait à aucune loi, Haïti devenant une république òu les citoyennes et citoyens n’ont aucun droit. En faisant fi également des lois du pays (référendum illegal, nouvelle constitution, non respect des articles 134.2 et 134.3), la Communauté Internationale participe aussi, activement, à faire des Haïtens un peuple dont les droits peuvent être bafoués, de fait sans valeur devant les injonctions “sans appel” de la Communauté Internationale. Humilier, dominer, piétiner la dignité d’êtres humains rendus sans protection de la justice et des forces publiques, tels sont les contours des blessures qui nourrissent les ressentiments de la population haïtienne à l’égard des institutions internationales présentes dans le pays; mais ces douleurs renforcent également la volonté tenace de changement du Peuple Haïtien.

  • le Système des Nations Unies en Haïti participe activement à la mise en place de l’appareil répressif dirigé contre les citoyennes et citoyens qui osent s’opposer aux dérives du régime PHTK.

Pour montrer comment le Système des Nations Unies participe à la mise en place d’un appareil répressif en Haïti, nous allons nous référer à deux (2) points du mandat du BINUH (Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti) :  Profession­nalisation de la police et Réduction de la violence communautaire et de la violence des gangs[4]: … Concernant la police, il est fait mention du “… plein respect des obligations envers les droits humains et l’égalité entre les sexes.” Contrairement, à ce qui est dit dans le mandat, on assiste à une transformation de la police en une force de répression brutale, les nouvelles unités de police, comme le BOID (Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale) sont de plus en plus violentes, sans respect pour les droits humains, soutenues dans leurs exactions par la direction de la police. Qu’on se rappelle les propos élogieux du Directeur a.i. de la Police après qu’un véhicule-bélier du BOID  eut blessé mortellement des motocy­clistes qui participaient à une manifestation pacifique le 20 novembre 2021[5]. À cela, il faudrait ajouter les snipers étrangers qui exécutent des citoyens qui manifestent dans les rues avec une balle à la tête.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Concernant la réduction de la violence des gangs, c’est le Secrétaire général des Nations Unies, lui même, qui a salué la création de la fédération des gangs criminels  (G9) comme une réussite du BINUH. « Le renforcement du contrôle du G9 dans certaines parties de l’agglomération semble avoir eu une incidence sur les grandes tendances de la criminalité au cours de la période à l’examen. Les homicides volontaires signalés à la police ont diminué de 12 % entre le 1er juin et le 31 août…”[6]. Avec cette surprenante prise de position en faveur des gangs criminels, le Secrétaire général  dévoile les intentions réelles de la Communauté Internationale pour Haïti.

  • le BINUH tout comme le gouvernement ignorent systèmatiquement les violations des droits de l’homme et les demandes de justice de la population haïtienne.

Avant la vague des enlèvements contre rançon enregistrée dans la région métropolitaine de Port-au-Prince depuis 2017, la terreur des gangs criminels s’était déjà installée dans les quartiers populaires de Port-au-Prince et dans certaines localités du pays. Mais, le BINUH qui travaille au renforcement des gangs criminels a une lecture, pernicieuse à dessin, de la situation. En effet, le BINUH présente les barricades dressées par la population pour empêcher les infiltrations meutrières du gang G9 dans le quartier du Bel-Air (Port-au-Prince) comme un affrontement entre gangs criminels rivaux. Les propos tenus à la radio le 3 septembre 2020 par Jean Rebel Dorcénat, responsable du CNDDR (Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion), illustrent le déni de justice qui prévaut dans les cercles du pouvoir et dans le Système des Nations Unies en Haïti, et cela depuis le massacre de La Saline le 13-14 novembre 2018[7]. Pour justifier une attaque du G9 dans le quartier du Bel-Air, le responsable du CNDDR a précisé que l’attaque du G9 serait une risposte contre une attaque de bandits qui a fait des victimes dans les rangs du G9[8]. C’est aussi banalement que des citoyennes et citoyens se font tuer régulièrement, des maisons sont incendiées de temps à autre, à moins de 500 mêtres du Palais National dans l’indifférence totale de la Police Nationale et sans que les victimes puissent faire valoir leur droit à la justice.   

  • le Système des Nations Unies en Haïti prend le contre-pied de toutes les initiatives démocratiques en cours d’élaboration dans l’opposition plurielle.

Malgré les fraudes, Jovenel Moïse a été élu avec moins de cinq cent mille (500000) voix en 2016, en dépit de ce manque de légitimité, les responsables des Nations Unies font corps avec le pouvoir PHTK. Ils se comportent comme des acteurs de premier plan dans la crise Haïtienne. Ils utilisent leurs positions privilégiées pour orienter les décisions d’État dans l’intérêt des groupes d’intérêts nationaux et interna­tionaux auxquels ils se subordonnent.

La nouvelle constitution rédigée selon les directives de l’Ambassade américaine est une aberration historique et politique. Comment des étrangers peuvent-ils se permettre, en plein 21e siècle, d’inventer une loi mère pour un peuple en état d’insoumission permanente et de résistance contre l’oppression ? Sommes-nous revenus en 1685, quand Colbert pouvait définir ce qui serait bon pour les esclaves ? Sommes-nous en 1918, quand Delano Roosevelt (Président des États-Unis) se vantait d’avoir écrit une constitution pour un pays étranger ? Non, nous sommes en 2021, les fonctionnaires de  l’ONU peuvent se permettre d’ignorer avec morgue et dédain les revendications d’un peuple en lutte qui réclame des changements en profondeur dans son système politique, dans l’organisation de l’économie nationale et dans les rapports sociaux. Malgré l’opposition de la majorité de la population, les anges de l’Apocalypse haïtien se proposent de valider leur constitution dans un référendum où l’on fera fi du nombre de  votants[9].

Devant ce déni de justice, face à l’impuissance d’exiger le respect des lois du pays par le Système des Nations Unies, face à l’amertume de la dépendance et du dénuement, aussi faibles que soient ses organisations, le Peuple Haïtien lutte pour prendre son destin en main en se préfigurant déjà des formes d’institutions qui pourraient répondre à ses besoins de démocratie, de justice et de bien-être. Au lieu d’accompagner le Peuple Haïtien dans sa quête, le Système des Nations Unies fait tout pour court-cicuiter la volonté du Peuple à avoir un lendemain meilleur. Pire, pour faire avancer ses projets anti-nationaux, le gouvernement est conseillé d’opposer des segments de la population : la diaspora face aux Haïtiens et Haïtiennes de l’intérieur, les femmes face aux hommes.

le Système des Nations Unies a prévu des décrets pour criminaliser les actions de résistance de la population, les gangs criminels collaborent déjà avec les forces de police afin de tenir les habitants des quartiers populaires en respect. Quand on connait la tradition de lutte et de résistance du Peuple Haïtien, on doit voir dans ces mises en place une détermination de la Communauté Internationale à en finir avec toute volonté de résistance de la part des Haïtiens et Haïtiennes, et à écraser tout soulèvement qui risquerait de com­promettre les desseins macabres qui planent sur l’avenir de cette génération et des générations futures. Aisni, une lutte interminable face à Goliath reste le seul choix laissé au Peuple Haïtien.

Pierre Michel Chéry

9 MARS 2021


[1] Perspective Monde (2019) Égypte : le régime de la terreur d’al-Sissi

https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=2640

[2] Comité Consultatif Indépendant (2021) Avant-Projet Constitution

[3] PROJET DE LOI PORTANT NOUVEAU CODE PÉNAL

[4] https://binuh.unmissions.org/fr/mandat, date de consultation 7-mars-2021

[5] https://rezonodwes.com/2020/11/20/pnh-dg-leon-charles-felicite-les-policiers-qui-ont-assassine-mackenson-et-perpetre-une-attaque-au-vehicule-belier-sur-2-motocyclistes/

[6] https://lenouvelliste.com/article/221743/selon-lonu-grace-au-g9-moins-de-morts-violentes-mais-plus-denlevements, date de consultation 7-mars-2021

[7] Le BINUH n’a fait état du massacre de La Saline que le 21 juin 2019, plus de 6 mois après les faits

https://www.rfi.fr/fr/ameriques/20190622-haiti-massacre-saline-rapport-onu

[8] https://www.gazettehaiti.com/node/1949

[9] Rapport BINUH 11 février 2021, page 3


Nasyonzini anfas Sitiyasyon Laterè an Ayiti

Jou vandredi 5 mas 2021 an, Joseph Lissner Mathieu wè yo “ekstrade” l pou peyi Etazini. Se kèk ajan DEA ak FBI ki te vin ranmase l. Pou pòtpawòl Lapolis la, se yon “transfè”, se pa yon “ekstradisyon”. Se tankou mo transfè nan plas ekstradisyon an ta fè yon diferans nan yon yon peyi kote lalwa ak lajistis pa egziste ankò. Nouvèl la fè bòz nan medya yo ak sou rezo sosyal yo. Djo (pou moun ki pre li) se bwat sekrè Jovnel Moyiz, se Djo k ap jere biznis Prezidan an pou li, pandan miche okipe nan planifye lanmò pou sitwayen peyi l ap dirije a pou li ka satisfè bawon ki mete l sou pouvwa a, bawon ki pa janm rasazye.

Pandan moun konsantre sou Lissner Mathieu, gen lòt evènman ki nan aktyalite a ki ta pi enpòtan, men, medya ak rezo sosyal yo pa konsidere. Poutan si yo te makonnen “transfè” a ak a evènman sa yo, Ayisyen t ap konprann nan ki nivo Kominote Entènasyonal la sinik nan sa li vle fè an Ayiti. Wi, pandan ajan FBI ak DEA yo ap bare pou yo sènen asosye prezidan an, diplomat Core Group (Kògwoup) yo, ap monte desann devan kamera entènasyonal, y ap siyen deklarasyon pou yo montre se yo ki dèyè pwojè diktati Jovnel Moyiz ap pilote pou peyi a, zak kriminèl ki nan dosye Jovnel Moyiz pa deranje patwon Jovnel Moyiz yo paske se li k ap egzekite plan yo genyen pou peyi a.

Ayiti ap mache sou jou malè. Pifò Ayisyen kòmanse gen konviksyon Nasyonzini konsidere Pèp Ayisyen an tankou yon pèp pou yo efase. Jodi a, nou pa devan tèz konplo kote Ayisyen te wè tèt yo tankou yon fiksasyon pou sèten dirijan gwo peyi Loksidan yo ki gen rankin sou lestomak yo, epi k ap tann okazyon pou yo vare sou peyi a, pou yo tire revanj pou defèt lame franse yo te pran an 1803, lè peyi a te Sendomeng.  Pou lektè ki panse li pa posib pou Nasyonzini ta ap chache mete yon rejim laterè an Ayiti, nou ta renmen di yo al chache enfòmasyon sou sa ki te pase, sou sa k ap pase toujou nan yon seri peyi tankou Repiblik Demokratik Kongo (RDC), Irak, Libi, Siri epi espesyalman Lejip. Apre Frè Mizilman yo te rive pran pouvwa a nan yon eleksyon demokratik, yon lane apre, yo pran yon koudeta, paske sèten kapital oksidantal te sispèk nouvo pouvwa a ka vin deranje estatoukwo nan rejyon an[1].

Nasyonzini ap bat pou li tabli yon rejim laterè an Ayiti. Pou nou pwouve sa, nou jis bezwen montre Sistèm Nasyonzini an ap fè mannèv pou li kwape aspirasyon lejitim pèp Ayisyen an pou li viv nan demokrasi, pou li jwenn lajistis epi pou li viv nan byennèt. Pou aspirasyon pèp la pa pase, sèl chans Nasyonzini genyen se ouvè represyon san menajman sou popilasyon an akoz popilasyon an ap mande chanjman, Ayisyen (fi kou gason) montre yo deside pran desten yo nan men. Koze chanje sistèm nan depaman ak pwojè mafya entènasyonal la. Men kouman nou ka montre Nasyonzini ap pran dispozisyon pou li toufe aspirasyon Pèp Ayisyen an : 

  1. Sistèm Nasyonzini an ap jwe wòl asistan pou rejim PHTK a nan peyi a

Konsènan pwojè konstitisyon tou nèf Anbasad ameriken bay ekri a, anplis li bay Prezidan Repiblik pouvwa Prezidan pa janm genyen nan peyi a, li mete prezidan an nan yon wotè kote lajis pa ka rive sou li. Atik 139.- Yo pa ka rele Chèf Leta a devan Lajistis pou zak ki gen rapò ak fonksyon li kòm Prezidan Larepiblik, menm si se ta apre fen manda li[2]. Nasyonzini ap fè lwa anndan yon peyi endepandan, lwa ki pou bay kriminèl enpinite, espesyalman pou gagòtè fon Petwokaribe yo. Konstitisyon pèpè a ap fè prezidan an tounen yon sitwayen ki sou tèt tout lwa peyi a. Mete sou sa, konstitisyon pèpè a vin ranfòse yon seri dispozisyon ki deja nan seksyon amnisti ki nan nouvo Kòd Penal la . Men sa ki te deja la nan nouvo Kòd Penal la :  Atik 221.- Lalwa bay Prezidan an dwa pou li fè amnisti … Atik 222.- … Amnisti a kase kèlkèswa pouswit kont moun ki enkilpe yo, kont prevni oswa akize yo; amnisti a valab menm pou moun Lajistis kondane dèyè do[3]. Si yo mete atik sa yo pou yo favorize gagòtè fon Petwokaribe yo ak lotè masak yo, pa gen dout nonplis, dispozisyon sa yo vini pou yo enstale yon rejim enpinite ki meprize dwa Ayisyen yo (fi kou gason) pou yo jwenn jistis.

Gouvènman Jovnel Moyiz la ap fonksyone anba kout dekrè depi nan mwa janvye 2020, men depi anvan sa, gouvènman an te toujou yon gouvènman ki pa soumèt aksyon li yo anba okenn lwa peyi a. Ayiti tounen yon repiblik kote sitwayen yo (fi kou gason) pa gen okenn dwa. Lè Kominote Entènasyonal la aji tankou pa ta gen lwa nan peyi a tou (referandòm ilegal, konstitisyon tou nèf, tuipe atik 134.2 ak 134.3 Konstitisyon 1987 la), li konplis tou nan fè Ayisyen yo (fi kou gason) pase pou yon pèp tout moun ka salopete dwa yo ; se tankou lwa peyi a ta san valè devan lòd Kominote Entènasyonal la ap pase anndan peyi a. Imilye moun, rabese yo, toufounen diyite moun ki pa gen pwoteksyon ni anba kouvèti lajistis ni bòkote fòs piblik yo, reyalite sa yo bay dimansyon resantiman k ap donnen nan kè Ayisyen (fi kou gason) pou enstitisyon entènasyonal ki prezan nan peyi a.

  • Sistèm Nasyonzini an Ayiti a fon nan monte aparèy represyon ki pou sible sitwayen (fi kou gason) ki oze kanpe anfas deriv rejim PHTK yo.

Pou nou montre kouman Sistèm Nasyonzini an ap patisipe nan montaj machin represyon an an Ayiti, nou pral chita sou de (2) pwen ki nan manda BINUH an (Biwo Nasyonzini Entegre an Ayiti) : Pwofesyonalizasyon lapolis ak diminisyon vyolans anndan kominote yo ak vyolans gang yo. Nan pwen ki konsène lapolis la, nou jwenn “… respè total pou obligasyon nan sa ki gen pou wè ak dwa moun ansanm ak egalite nan mitan fi ak gason.” Sa BINUH ap fèt nan peyi a se lekontrè sa ki ekri nan manda a. Ayisyen annafè ak yon lapolis k ap tounen yon fòs represyon brital. Nouvo inite tankou BOID (Brigad Operasyon ak Entèvansyon Depatmantal) y ap  kreye nan lapolis la se yon seri inite k ap vin pi vyolan chak jou k ap pase, yo pa gen okenn respè pou dwa moun, mete sou sa, yo jwenn tèt lapolis la k ap bat bravo pou egzaksyon y ap fè sou popilasyon an. Nou ka sonje lwanj Direktè a.i. lapolis la t ap fè pou polisye yo apre yon kamyonèt BOID te fonse sou yon seri motosiklis ki t ap patisipe nan yon manifestasyon pasifik nan dat 20 novanm 2021 an[4]. Nou ka ajoute fran tirè etranje ki t ap fizye sitwayen k ap manifeste ak yon bal nan tèt.

Sou kesyon redui vyolans gang yo, se Sekretè jeneral LONI an, li menm, ki bat bravo pou BINUH poutèt li rive rasanble gang kriminèl yo nan federasyon G9 la. “Ranfòsman kontwòl G9 la nan sèten zòn nan Pòtoprens la sanble bay yon rezilta sou tandans jeneral kriminalite a nan peryòd ki anba obsèvasyon an, kantite moun yo touye, ak fèm volonte, yo rapòte bay lapolis la bese nan yon nivo 12% sòti 1e jen ale 31 out [2020]…” Avèk pozisyon sa a ki bay kè sote a, Sekretè jeneral la tou di ki entansyon Kominote Entènasyonal la nan zafè peyi a.

  • BINUH ak tout gouvènman an, yo fè tankou yo pa wè si gen kadejak sou dwa moun nan peyi a, ni si gen yon popilasyon k ap mande jistis.

Anvan gwo vag kidnaping ki blayi nan zòn Pòtoprens lan depi 2017, laterè gang kriminèl yo te deja prezan nan katye popilè Pòtoprens yo ak nan sèten lokalite nan peyi a. Men, pou BINUH k ap travay pou ranfòse gang kriminèl, li fè espre li defòme reyalite a pou li ka kouvri pou gang kriminèl yo. Se konsa, abitan nan katye Bèlè (Pòtoprens) mete barikad pou yo anpeche manm gang G9 yo vin fè egzaksyon sou popilasyon an. Pou BINUH, lè sitwayen san defans yo mete barikad pou yo pwoteje katye yo kont G9 se paske yo se gang kriminèl tou, matlòt G9. Sa ki parèt anbachal nan mesaj BINUH yo, se pou pèsonn pa ni pwoteje tèt ni defann tèt yo. Pawòl Jean Rebel Dorcenat (Jan Rebèl Dòsena) lage nan radyo kou ki te 3 septanm 2020 an montre nan ki eta lespri moun ki nan sèk pouvwa a ak moun k ap soutni li yo ye. Dorcenat se yon manm Komisyon Nasyonal pou Demantèlman, Demobilizasyon ak Re-ensèsyon (CNDDR). Responsab CNDDR la presize atak ki fèt sou moun Bèlè yo se yon reyaksyon pou yon atak bandi te fè sou manm G9[5]. Se jistifikasyon sa a ki pèmèt gang kriminèl yo touye moun jan yo vle, pike dife nan kay moun, nan endiferans jeneral lapolis la, epi san posiblite pou viktim yo jwenn jistis, pi rèd anfas Palè Nasyonal la peyi a, nan yon distans ki pa depase 500 mèt.

  • Sistèm Nasyonzini an kanpe anfas kèlkeswa inisyativ demokratik y ap eseye monte nan divès branch opozisyon an.

Menm ak tou fwod ki te genyen nan eleksyon 2015-2016 yo, Jovnel Moyiz pa t gen ‘senk san mil’ (500000) moun ki vote pou li. Ak tout defisi lejitimite sa a, responsab Nasyonzini yo fè yon sèl ak pouvwa PHTK a. Yo fè politik nan peyi a tankou se enterè pèsonèl yo y ap defann nan kriz Ayti a. Y ap sèvi ap pozisyon yo genyen nan machin LONI an pou yo dirije desizyon Leta yo nan sans gwoup enterè nasyonal oswa entènasyonal kote yo afilye yo.

Konstitisyon tou nèf Anbasad ameriken bay fè pou peyi a se yon anomali istorik, yon anomali politik. Nan plen venteyinyèm syèk, kouman yon bann etranje ka bay tèt yo dwa pou yo vin envante yon konstitisyon pou yon pèp ki refize soumèt, ki toujou nan rezistans kont esplwatasyon ak dominasyon ? Èske nou retounen nan ane 1685, lè Colbert t ap deside ki sa ki bon pou esklav yo ? Èske nou nan lane 1918, lè Prezidan ameriken Delano Roosevelt t ap vante tèt li dèske li ekri yon konstitisyon pou yon peyi etranje ? Non, nou nan lane 2021, nan ane kote fonksyonè LONI yo ka krache sou revandikasyon yon pèp k ap reklame chanjman sistèm ni nan politik, ni nan ekonomi ni nan rapò sosyal yo. Yo twouse nen yo sou peyi a, yo aji ak anpil mepri pou Ayisyen (fi kou gason). Nan Apokalis Ayiti a, malgre majorite popilasyon di li pa dakò pou LONI ak gouvènman an ap chanje lwa peyi a, machann lanmò yo ap pare pou yo vote konstitisyon yo nan yon referandòm ki pa bay kantite moun k ap vote yo okenn enpòtans[6].

Devan absans jistis sa a, devan enpuisans Ayisyen pou yo egzije Sistèm Nasyonzini an respekte lwa peyi a, devan gou fyèl k ap monte nan gòj Ayisyen akoz mande lacharite plis kò touni, Pèp Ayisyen an ap goumen pou li pran desten li nan men. Tout fèb nou wè òganizasyon k ap goumen yo fèb la, batay la gentan pèmèt yo imajine ki kalite enstitisyon k ap pèmèt yo jwenn repons pou demokrasi, jistis ak byennèt Ayisyen (fi kou gason) ap chache a. Olye Nasyonzini akonpaye pèp Ayisyen an nan chache wout demen miyò a, yo pito kouri al bare devan pou jou sa a pa janm rive. Pi rèd toujou, pou pwojè anti nasyonal gouvènman an ka pase, Nasyonzini konseye gouvènman an pou li divize pitit peyi a, mete yon kan anfas yon yon lòt kan, konstitisyon pou dyaspora kont moun k ap viv anndan peyi a, fi kont gason nan eleksyon.

Sistèm Nasyonzini an deja prevwa dekrè ki pou fè aksyon rezistans popilasyon an pase pou zak kriminèl, gang kriminèl yo deja ap blayi laterè nan katye popilè yo. Lapolis la deja ap kolabore ak gang kriminèl yo. Lè yon moun konnen istwa rezistans Pèp Ayisyen, mizanplas pou represyon k ap fèt yo montre detèminasyon Kominote Entènasyonal la pou yo fini avèk volonte rezistans ki lakay Ayisyen yo (fi kou gason) ; yo montre detèminasyon Nasyonzini tou pou yo kraze kèlkeswa soulèvman ki ta ka konpwomèt plan lanmò yo genyen pou avni jenn gason ak jenn fanm peyi a. Konsa, goumen san rete anfas Golyat la, se sèl chwa ki rete pou Pèp Ayisyen ka rete vivan.

Pierre Michel Chéry

9 MARS 2021


[1] Perspective Monde (2019) Égypte : le régime de la terreur d’al-Sissi

https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=2640

[2] Comité Consultatif Indépendant (2021) Avant-Projet Constitution

Article 139: Aucune action ne peut être engagée contre le Chef de l’État pour des actes liés à ses fonctions et accomplis en qualité de Président de la République, même après la fin de son mandat

[3] PROJET DE LOI PORTANT NOUVEAU CODE PÉNAL

Article 221.- Le droit d’amnistie attribué au Chef de l’Etat … Article 222.- … L’amnistie fait cesser toutes poursuites contre les personnes inculpées, prévenues ou accusées, et même les personnes condamnées par défaut

[4] https://rezonodwes.com/2020/11/20/pnh-dg-leon-charles-felicite-les-policiers-qui-ont-assassine-mackenson-et-perpetre-une-attaque-au-vehicule-belier-sur-2-motocyclistes/

[5] https://www.gazettehaiti.com/node/1949

[6] Rapport BINUH 11 février 2021, page 3

source

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊