Platform News HT

Les États-Unis craignent que le 7 février n’entraîne un nouveau bouleversement politique en Haïti, selon un article du Miami Herald…  

Un texte du Miami Herald,
Miami, vendredi 14 janvier 2022-L’administration Biden et les services de renseignement américains sont de plus en plus préoccupés par le fait qu’Haïti s’approche d’un dangereux tournant en février, lorsqu’ils pensent que le mandat du président assassiné Jovenel Moïse prendra officiellement fin, ce qui aggravera la crise politique du pays au cours d’une lutte pour le pouvoir qui couve à Port-au-Prince.
Dans les jours qui ont suivi l’assassinat de Moïse en juillet, son choix pour le prochain premier ministre du pays, Ariel Henry, a pris la direction du pays à sa place. Mais les puissances internationales estiment que le mandat du président assassiné prend officiellement fin le 7 février – une date qui pourrait fournir aux adversaires de M. Henry un prétexte pour remettre en cause sa fragile autorité.
Les responsables américains craignent que les gangs, qui ont de plus en plus de pouvoir depuis la mort de Moïse et qui ont déstabilisé le pays en provoquant des crises du carburant et des prises d’otages l’automne dernier, ne s’allient à différentes factions en cas de contestation de M. Henry, faisant ainsi planer le spectre de la violence politique.
“La façon dont le gouvernement haïtien évoluera après le 7 février, date de la fin officielle du mandat du président assassiné Jovenel Moïse, sera un point d’inflexion important pour le gouvernement d’Ariel Henry et sa capacité à apporter une certaine stabilité politique en Haïti”, selon l’article
C’est le dernier chapitre d’un état d’urgence qui dure depuis longtemps en Haïti et qui a demandé à plusieurs reprises l’attention de l’administration Biden.
Le pays est déjà au bord de l’effondrement sécuritaire et économique total, ayant subi l’année dernière l’assassinat de Moïse, un tremblement de terre meurtrier, la crise du carburant aggravée par les gangs, une vague de migration vers la frontière sud des États-Unis et un enlèvement massif de missionnaires américains. Tout cela s’est produit en plus de la corruption gouvernementale omniprésente qui décourage tout nouvel investissement.
La gestion de ces crises par Washington a laissé l’administration Biden ouverte aux critiques. Dans le pays, certains membres du Congrès souhaitent que les États-Unis soutiennent un changement de régime en Haïti, tandis que les électeurs haïtiens-américains et les défenseurs de l’immigration accusent les États-Unis de ne pas en faire assez pour aider la nation des Caraïbes.
En Haïti, certains accusent les États-Unis et d’autres acteurs internationaux d’être trop impliqués dans les affaires intérieures du pays. D’autres cherchent à obtenir un soutien et une assistance en matière de sécurité pour ouvrir la voie aux élections et au retour à l’ordre constitutionnel.
Tout démembrement d’Haïti aura d’énormes ramifications non seulement pour les États-Unis – situés à seulement 900 miles d’Hispaniola – mais aussi pour la région. Depuis la mi-septembre, plus de 17 000 Haïtiens ont été expulsés des États-Unis et d’autres pays d’Amérique latine et des Caraïbes, selon l’Organisation internationale pour les migrations, qui accueille les rapatriés.
Alors que la plupart des expulsés américains sont des Haïtiens qui avaient vécu en Amérique du Sud et avaient ensuite franchi illégalement la frontière sud avec le Mexique, le sud de la Floride commence maintenant à voir sa part de nouveaux réfugiés, ce qui renforce les craintes que plus Haïti devient instable, plus son problème de migration s’aggrave.
Après plus de deux ans d’interruption, 63 migrants haïtiens sont arrivés dans au large de Florida Keys en novembre à bord d’un voilier en bois branlant, après plus de trois semaines en mer. Ils ont été suivis par 52 migrants qui ont débarqué presque au même endroit la veille de Noël. Lundi, le groupe le plus important est arrivé. Les garde-côtes américains ont compté 176 migrants haïtiens à bord d’un bateau en bois de 60 pieds près des rives de la communauté fermée exclusive d’Ocean Reef au nord de Key Largo.
Fragilité de l’autorité d’Henri
Henry est déjà confronté à des questions sur son lien avec un suspect principal, Joseph Félix Badio, dans le meurtre de Moïse après que la police ait cité deux appels téléphoniques entre lui et Badio dans les heures qui ont suivi le meurtre. Dans un rapport publié le 6 janvier par le Réseau national de défense des droits de l’homme, un groupe local de défense des droits de l’homme de Port-au-Prince, le groupe accuse Henry d’avoir parlé par téléphone avec Badio, un ancien consultant du ministère de la justice et employé de l’unité de lutte contre la corruption qui entretenait des liens étroits avec des politiciens haïtiens.
Badio, un fugitif, est accusé d’avoir loué un appartement en face de la maison de Moïse pour le surveiller de près et d’être responsable de la réception d’informations en temps réel sur les actions du président la nuit où il a été tué.
Dans un communiqué de presse après que les accusations concernant ses relevés téléphoniques aient fait surface, le bureau du Premier ministre a déclaré que Henry avait “reçu d’innombrables appels, de toutes sortes” la nuit du meurtre et qu’il était difficile de dire tous “ceux qui l’ont appelé, ou même la nature des conversations.”
De telles accusations pourraient affaiblir davantage la capacité de Henry à gouverner, alors que sa légitimité à diriger le pays est remise en question. Une grande partie de la société haïtienne, y compris des experts constitutionnels, soutient depuis longtemps que le mandat de Moïse a pris fin en février dernier en vertu de la constitution du pays et de la façon dont elle calcule les mandats présidentiels.
Un haut fonctionnaire du département d’État n’a pas voulu faire de commentaires sur le lien présumé entre M. Henry et le suspect du meurtre, se contentant d’appeler les autorités haïtiennes à mener une “enquête approfondie, transparente et complète”, et notant que les forces de l’ordre américaines enquêteraient sur tout suspect ou personne d’intérêt relevant de leur juridiction.
Mais le fonctionnaire a déclaré que le mandat du premier ministre n’était pas lié constitutionnellement à celui du président et a fait valoir que le 7 février ne devrait pas servir de base aux adversaires politiques de M. Henry pour saper son autorité.
“Nous sommes déjà à un point de grande incertitude, depuis le début du mandat du Premier ministre Henry”, a déclaré le haut fonctionnaire diplomatique. “Le défi en Haïti est qu’il continue d’y avoir des divisions politiques importantes. Il continue d’y avoir un manque de consensus autour d’une voie à suivre.”
Jeudi, les dirigeants politiques, les membres de la diaspora haïtienne et d’autres personnes ont commencé à se réunir au Southern University Law Center en Louisiane pour un sommet de six jours sur l’unité d’Haïti. L’objectif est de parvenir à un accord pour aider les blocs concurrents en Haïti à trouver une solution pour permettre au pays de tenir des élections et d’atteindre une certaine stabilité.
Au niveau national, une coalition d’organisations de la société civile a récemment signé un pacte politique avec un puissant groupe de législateurs actuels et anciens pour mettre en place une transition de deux ans. Ils ont défendu un accord connu sous le nom d’Accord de Montana.
La transition, selon le consensus nouvellement atteint, serait dirigée par cinq présidents, nommés par trois structures différentes du pays, un premier ministre nommé pour gérer les affaires courantes, et un cabinet ministériel issu des signataires de l’accord.
La nouvelle structure a été annoncée lundi après que le secrétaire d’État aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian Nichols, et le chargé d’affaires américain, Kenneth Merten, aient rencontré les membres du groupe Montana plus tôt dans la journée et leur aient demandé d’avoir des “discussions sérieuses” avec M. Henry et d’autres acteurs clés pour trouver une solution menant à des élections libres et équitables en Haïti.
Le haut fonctionnaire du département d’État n’a pas voulu dire combien de temps Washington compte attendre que les parties parviennent à un consensus politique sur la manière de gouverner Haïti, en lieu et place d’un président ou d’un parlement élu. Mais des inquiétudes subsistent quant à certains des principaux acteurs en lice pour diriger le pays.
“Nous devons leur donner l’espace nécessaire pour parvenir à un accord”, a déclaré le diplomate. “Il y a des acteurs en Haïti qui viennent de tous les horizons, et certains d’entre eux viennent avec un bagage inquiétant. Ce sont des acteurs politiques importants.”
Dans l’intervalle, avant le 7 février, l’administration Biden prévoit d’envoyer le secrétaire d’État Antony Blinken à une réunion de niveau ministériel organisée par le Canada le 21 janvier et consacrée à l’aide à la sécurité en Haïti. Les Haïtiens ont déclaré qu’en l’absence d’un plan de lutte contre l’insécurité, ils ne voient pas comment des élections pourraient avoir lieu.
“L’objectif est que les participants identifient des domaines spécifiques dans lesquels ils peuvent soutenir le peuple haïtien, en particulier dans le domaine de la sécurité, mais aussi dans le développement économique, dans les domaines de la préparation des élections plus tard, lorsque cela deviendra plus viable”, a déclaré le diplomate. “Il y a un large éventail de choses que les pays apporteront à la table. Et j’espère que la réunion débouchera sur une liste solide d’assistance.”
“Traiter le problème des gangs en Haïti, en particulier dans la zone autour de Port-au-Prince, est un élément crucial de la réponse de la communauté internationale pour l’assistance à la sécurité”, a noté le fonctionnaire, citant les menaces de violence des gangs visant les dirigeants politiques d’Haïti.
L’une des concessions faites par M. Henry est de permettre aux autres membres du Sénat de rester en fonction jusqu’en 2023, malgré les pressions exercées par ses partisans pour qu’ils soient démis de leurs fonctions, comme l’avait fait M. Moïse deux ans plus tôt en déclarant que le mandat de 20 des 30 sénateurs avait expiré. Cette décision, ainsi que la révocation de la Chambre basse des députés, a rendu le parlement non fonctionnel et a permis à Moïse de gouverner par décret.
Toutefois, compte tenu des problèmes de sécurité persistants dans le pays, de l’incapacité de la police à contrôler les gangs et de la remise en cause de son pouvoir, beaucoup doutent qu’Haïti puisse connaître des élections libres et équitables avant 2023.
Abonnez-vous gratuitement à l’infolettre de RHI

source

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊