La note de la DIRPOD à l’OEA

NOTE POUR LA DÉLÉGATION DU CONSEIL PERMANENT DE L’OEA ÉLÉMENTS À PRENDRE EN COMPTE POUR UNE BONNE COMPRHENSION DE LA CRISE POLITIQUE HAÏTIENNE
Port-au-Prince, jeudi 10 juin 2021 ((rezonodwes.com))–
Les démocrates haïtiens en général et les partis membres de la Direction Politique de l’Opposition Démocratique (DIRPOD) sont unanimes à exiger que Jovenel Moïse quitte le pouvoir.  Il ne s’agit pas  d’un  caprice  politique  ou  d’un  refus  de  participer  à  des  élections  pour  le  renouvellement démocratique du personnel politique. Depuis la fin de la dictature des Duvalier, Haïti n’a pas réussi à construire des structures démocratiques solides, ni à bâtir une économie susceptible de répondre aux besoins de ses citoyens.   Ses dirigeants pour la plupart n’étaient pas des démocrates et cela nous a conduits à cette crise complexe dont il faut connaitre les éléments principaux, si l’on veut contribuer sérieusement à lui trouver une solution durable.
1.   Toutes les institutions représentatives des forces vives de la nation ont pris publiquement position  sur  la  date  de  la  fin  du  mandat  du  président.   Qu’il  s’agisse  de  la  Conférence Épiscopale   catholique,   des   Fédérations   et   Conférences   du   secteur   protestant,   des vodouisants, des associations de défenses des droits de la personne, du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, de la Fédération des Barreaux d’Haïti, des universitaires, des médias, des syndicats ou de l’immense majorité des partis politiques, sans oublier des université américaines  prestigieuses,  des  parlementaires  étrangers,  ou  des  grandes  internationales comme  la  Conférence  Permanente  des  Partis  Politiques  de  l’Amérique  Latine  et  des Caraïbes  (COPPPAL)  et  l’Internationale  Socialiste  (IS),  tous  ont  la  même  lecture  des articles   134.2   de   la   Constitution   haïtienne   et   239   du   Décret   électoral   de   2015, indiscutablement le mandat de Jovenel Moïse a pris fin le 7 février dernier.   Toute tentative de prétendre le contraire constitue un accroc aux principes démocratiques, ce qui ne cadre pas avec les idéaux défendus par l’OEA.
2.   Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est parce que le président qui a la responsabilité de veiller au bon fonctionnement des institutions, a délibérément choisi de les saboter.  Il n’a organisé aucune des sept (7) élections régulières prévues par la constitution.  Conséquences, depuis  le  mois  de  janvier  2020  Haïti  n’a  plus  de  parlement  fonctionnel  et  le  président gouverne par décret sans avoir de compte à rendre à quiconque,  il profite de cette situation pour   s’affranchir   de   tout   contrôle   financier   et   pour   introduire   illégalement   des transformations liberticides dans le corpus juridique national.
3.   En dépit du bon sens l’ex-président s’est attaqué au pouvoir judiciaire en arrêtant un (1) juge  de  la  Cour  de  cassation,  en  en  révoquant  trois  (3)  d’entre  eux,  qui  sont  réputés inamovibles et en les remplaçant en violation des prescrits constitutionnels.  Par ailleurs le
mandat de plusieurs juges d’instruction travaillant sur des dossiers embarrassants pour le pouvoir, n’a pas été renouvelé.
4.   Les libertés publiques et le droit d’expression sont bafoués.  L’ex-président n’hésite pas à menacer d’élimination physique ceux qui osent se mettre en travers de sa route ou refusent d’obtempérer  à  ses  menaces.    Les  manifestations  sont  sauvagement  réprimées.  Des étudiants et mêmes journalistes sont délibérément ciblés par les agents de police qui font un usage disproportionné de la force.  Des proches du pouvoir sont allés jusqu’à cribler de balles  un  jeune  motocycliste  participant  à  une  marche  pacifique  et  ensuite,  selon  des témoins, ils l’ont brûlé avec sa moto alors qu’il était encore en vie.
5.   Le président qui a juré de respecter et de faire respecter la constitution, s’est arrogé le droit de  la  mettre  de  côté  et  d’en  préparer  une  nouvelle  sur  mesure  en  vue  de  renforcer considérablement les pouvoirs du président.
6.   Le Conseil Électoral Permanent (CEP) n’a jamais été constitué.  A sa place le président a créé un CEP provisoire à sa solde.  Qui plus est ce CEP fonctionne sans avoir jamais prêté serment  par  devant  la  Cour  de  cassation  comme  l’exige  la  constitution.  Tout  scrutin organisé par ce CEP sera contesté et débouchera forcément sur une prolongation de la crise politique.
7.   Le fichier national d’identification des citoyens et des électeurs a été détruit et le pouvoir a passé de manière frauduleuse un marché pour l’acquisition d’un nouveau système contesté qui fonctionne dans une totale opacité et n’est pas parvenu à fournir une carte nationale d’identification qu’à une minorité de citoyens en âge de voter.
8.   Des pans entiers du territoire sont sous le contrôle de plus d’une centaine de gangs armés qui sont manifestement protégés par des proches du pouvoir et par le pouvoir lui-même qui les financent et les approvisionnent en armes et en munitions.  Il faut aussi noter la création d’une  nouvelle  milice,  la  Brigade  de  Surveillance  des  Aires  Protégées  (BSAP),  copie conforme des Tonton Macoutes de la période de la dictature des Duvalier.
9.   L’insécurité et l’arrogance des bandits et des kidnappeurs sont devenues insupportables.
Les bandits sévissent quand ils veulent où ils veulent dans tous les secteurs de la société, nationaux ou étrangers, personne n’est à l’abri, même pas la police nationale dont cinq (5) postes ont été simultanément dans le quartier de Cité Soleil par des gangs armés fédérés par le pouvoir au sein d’un syndicat du crime organisé.
10.   Ils kidnappent, ils rançonnent, ils violent, ils torturent et tuent impunément et ils osent s’en vanter  publiquement.  Des  rapports  des  Nations  Unies  ont  confirmé  les  résultats  des enquêtes des organisations nationales de défenses des droits de l’homme sur les massacres perpétrés par des  gangs  armés dans les  quartiers  populaires  avec la  complaisance ou la complicité de la police.  Des individus qui revendiquent publiquement leurs liens avec le pouvoir, dénoncés dans ces rapports jouissent d’une totale impunité.
11. Le premier ministre a maladroitement tenté de faire oublier les liens qui unissent le pouvoir aux gangs en accusant l’opposition de se servir d’eux.  Il est de notoriété publique que le pouvoir contrôle les gangs, les financent et les alimentent en armes et en munition.   De l’avis de tous les observateurs suivant de près le politique haïtienne, les évènements qui secouent la capitale ces derniers jours et chassent les familles de leur maison, les attaques simultanées et bien coordonnées sur des postes de police, les meurtres gratuits de civils et de policiers, sont orchestrés par le pouvoir en vue de créer un chaos total et d’obtenir une intervention militaire étrangère qui viendrait consolider ses velléités dictatoriales.
12. Les démocrates haïtiens tiennent à faire savoir aux membres du CP/OEA, qu’ils ne veulent plus  de  cette  démocratie  au  rabais  qui  leur  est  imposée  depuis  trop  longtemps  par  une certaine communauté internationale.   La démocratie ne saurait se limiter à l’organisation d’élections fussent-elles frauduleuses.  Le problème haïtien est bien plus complexe et mérite que l’on prête un plus d’attention à ce que pensent et disent les nationaux.
13.  La corruption semble être la marque de fabrique de l’administration PHTK dont Jovenel Moïse est l’héritier.   En dépit de ses multiples promesses, les dilapidateurs des fonds du programme Petrocaribe n’ont jamais été inquiétés par la justice.  Ils semblent de préférence bénéficier de la protection du pouvoir.
14.  L’OPPOSITION HAÏTIENNE réaffirme que les démocrates haïtiens combattront le référendum constitutionnel programmé illégalement par le pouvoir de facto.  Ils n’accepteront pas non plus de participer à des pseudo-élections législatives locales et présidentielles organisées ce pouvoir avec un tel organe électoral. La mise en place d’un pouvoir de transition issu de discussion entre les partis politiques et les groupes organisés de la société civile, est désormais l’unique option viable qui devrait  obtenir  le  soutien  des  amis  d’Haïti  qui  veulent  voir  un  rétablissement  des  institutions démocratiques et changement durable dans la façon de conduire les affaires politiques.
15. La situation du pays se dégrade chaque jour davantage sur tous les plans : démocratique, institutionnel,  politique,  économique,  social,  alimentaire,  sécuritaire,  environnemental. Face à l’indifférence du pouvoir de facto et à son entêtement à poursuivre dans la mauvaise
voie, le risque est réel de voir les citoyens décider d’abandonner le pays et d’aller grossir les rangs des réfugiés qui seront de plus en plus nombreux, avec toutes les conséquences désastreuses  que  cela  implique  pour  les  pays  voisins  pour  le  pays  et  pour  les  nations voisines qui auront à gérer un afflux massif de réfugiés. Il devient urgent de trouver une solution durable à cette crise politique.
16.  L’OPPOSITION  HAÏTIENNE  n’a  aucune  confiance  dans  le  président  de  facto  et croit qu’il est nécessaire qu’il y ait une médiation crédible en vue d’obtenir son départ ordonné  et  de  mettre  en  place  une  gouvernance  de  transition  qui  aura  à  créer  les conditions pour l’organisation d’élections honnêtes et démocratiques dans un délai raisonnable
17. Les partis membres des différents groupes politiques de  l’opposition haïtienne, ont lu avec intérêt la Résolution adoptée le 17 mars 2021 par le Conseil Permanent de l’Organisation des États Américains (CP/OEA).   Ceci constitue un pas dans la bonne direction qui peut contribuer  à  redorer  l’image  de  l’organisation  régionale  auprès  de  l’opinion  publique haïtienne, surtout après le soutien inconditionnel apporté par son Secrétaire Général à la violation  manifeste  par  le  président  Jovenel  Moïse  de  l’article  134.2  de  la  Constitution haïtienne qui fixe de manière claire et non équivoque au 7 février 2021 la fin de son mandat constitutionnel.
18. Les  constats  figurant  en  préambule  de  la  résolution  démontrent  que  les  membres  du CP/OEA ont une assez bonne connaissance de la réalité de la situation qui prévaut en Haïti particulièrement  en  ce  qui  concerne  les  violations  de  la  constitution,  la  non  tenue  des élections régulières, la gouvernance par décret, les violations des droits de la personne et la dégradation accélérée de l’environnement sécuritaire y compris l’incapacité à endiguer les enlèvements endémiques et la montée de la criminalité.
19.  La  DIRPOD  déplore  cependant  que  le  Conseil  Permanent  n’ait  pas  jugé  bon  de  constater qu’actuellement   le système démocratique est mis en veilleuse en Haïti. Selon les critères  de la Charte  Démocratique    il  y  a  dans  notre  pays  une  interruption  inconstitutionnelle  de  l’ordre démocratique   ou   l’altération   de   l’ordre   constitutionnel   qui   menace   sérieusement   l’ordre démocratique ( art 19 )  et une altération de l’ordre constitutionnel qui a de sérieuses incidences sur son ordre démocratique, ( art 20.alinea 1)
20.  La  DIRPOD  prend  acte  avec  intérêt  du  fait  que  même  sans  invoquer  l’article  20  de  la  Charte Démocratique, le CP/OEA a choisi d’utiliser le mécanisme qui y est prévu en proposant ses  bons offices en vue de promouvoir la normalisation de la démocratie institutionnelle. (Article 20 alinéa
2) point 6 de la résolution.
21.  DIRPOD et tous les Démocrates Haïtiens espèrent que cette fois-ci, nos amis de la communauté internationale respecteront le choix des nationaux et les accompagneront dans la concrétisation de leur projet national qui passe par le départ immédiat et sans condition du président dont le mandat a pris fin le 7 février 2021.
Sorel Jacinthe, Youri Latortue, Edmonde Supplice Beauzile                            



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.
https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js



(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Journal citoyen d’actualités et d’analyses
 
Contact :
Claudy Brien Auguste
Rédacteur en chef
Fritz Louima
Administrateur
Elco Saintamand
Conseiller juridique
Relations Publiques
Daniel Chavannes
Rédaction:
Nicole Theodore
Natacha Durose
Hervé Noèl
Pascal Fleuristil
rezonodwes@gmail.com ou info@rezonodwes.com
 

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊