La mémoire de personnalités noires censurée au Brésil, sous l’impulsion de Jair Bolsonaro

Plusieurs biographies de personnalités noires brésiliennes ont été censurées sur le site de la fondation Palmares, une institution pourtant chargée de défendre l’héritage culturel noir au Brésil.

La mémoire des Noirs est-elle menacée au Brésil ? Des biographies de plusieurs personnalités noires ont été supprimées ces derniers jours du site Internet de la fondation Palmares située à Brasilia, rapporte le quotidien brésilien Folha de S.Paulo. Une censure qui pourrait surprendre d’autant plus qu’elle émane d’une institution défendant l’héritage culturel noir dans le pays depuis plus de trente ans. 

Plusieurs articles portant sur la vie de figures abolitionnistes comme Luiz Gama, André Rebouças mais aussi l’écrivaine Carolina de Jesus ont disparu du site officiel. Plus symbolique encore, la biographie de Zumbi dos Palmares, leader de la lutte contre l’esclavagisme du XVIIème siècle – qui a donné son nom à l’institution – a également été censurée. De même, une statue à son effigie située à l’entrée de la fondation a été déboulonnée, précise le journal brésilien. 

Un “racisme Nutella”

Pour l’heure, l’institution n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Difficile pourtant d’imaginer derrière ces initiatives l’expression d’une simple maladresse. Et pour cause : à la tête de la fondation Palmares figure Sergio de Camargo, “noir de droite” selon ses mots, et ancien journaliste de formation connu pour ses saillies racistes.

Ce proche du gouvernement Bolsonaro a régulièrement déclenché des polémiques, assurant par exemple qu’il n’y a pas de “véritable racisme” dans le pays mais, un “racisme Nutella”, autrement dit édulcoré, minimisant l’importance de ce fléau au Brésil. À ses yeux encore, l’esclavage certes “terrible” fut, néanmoins, “bénéfique” sur le long terme pour les afro-descendants. 

Sans surprise, sa nomination à la tête de la fondation en novembre 2019 par le secrétaire d’État à la culture du gouvernement Bolsonaro avait suscité la colère des défenseurs de la cause noire. Des centaines de militants s’étaient ainsi rassemblés devant le siège de l’institution, refusant ce qu’ils considéraient comme une “provocation”. Malgré un premier recours de la justice fédérale suspendant son arrivée, Sergio Camargo a pu finalement prendre ses fonctions en début d’année. Et continuer ses provocations.

À peine nommé, il a ainsi ordonné la publication pour le 13 mai – date de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans le pays – de plusieurs articles remettant en cause la figure de Zumbi dos Palmares. 

Une “réécriture de l’histoire” qui reflète la politique menée par le président Jair Bolsonaro, estime Richard Marin, professeur à l’Université Toulouse Jean Jaurès, spécialiste du Brésil contacté par France 24. “Il s’agit d’un conflit de mémoire. Bolsonaro représente cette Amérique blanche qui a toujours eu beaucoup de difficultés à accepter la promotion des Noirs dans la culture, les universités et les services publics”, remarque l’universitaire. 

Lire la suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊