Jovenel Moïse sauvé d’une attaque armée 17 jours avant son assassinat, révèle le journal El Tiempo

(TripFoumi Enfo) – Dans l’opération visant à tuer l’ancien président d’Haïti, Jovenel Moïse, 865.376 dollars auraient été investis par les sociétés CTU Security et Worldwide Capital, basées aux États-Unis, selon El Tiempo.

L’argent serait récupéré le jour de l’exécution de l’opération, soit le 7 juillet. Le commandement en charge de l’opération aurait trouvé 45 millions de dollars dans la chambre de Jovenel Moïse, toujours d’après El Tiempo.

Le Bureau de l’Ombudsman demandera à la Cour interaméricaine des mesures de précaution pour les personnes capturées en Haïti.

Les sociétés CTU Security et Worldwide Capital étaient chargées de recruter le groupe de militaires à la retraite censé assurer la sécurité d’un groupe de dignitaires en Haïti.

La donnée de l’argent investi, les plus de 800.000 dollars, est l’une des conclusions du rapport préliminaire que la Police haïtienne traite sur l’assassinat de Moïse et qui est le résultat du travail d’enquête mené par l’Organisation Internationale de Police Criminelle, Interpol , celui de Colombie a échangé 721 messages avec des entités nationales et des services de police en Haïti, au Panama, en Équateur, en République dominicaine et aux États-Unis.

Une autre information importante dont dispose le plus récent rapport d’enquête connu d’EL TIEMPO est que les autorités haïtiennes ont établi que pour le 20 juin il aurait été prévu de capturer le président à l’aéroport de Port-au-Prince.

Cependant, un changement de dernière minute dans son horaire de voyage a frustré cette opération et l’a reportée au 7 juillet, date à laquelle l’assassinat a finalement été enregistré, rapporte El Tiempo.

Dans ce processus d’enquête, les agences des États-Unis ont activement participé, comme le FBI, qui a effectué les perquisitions au siège de les sociétés de sécurité susmentionnées, basées à Miami.

Toujours selon le journal colombien, 17 320 données ont été traitées, 3 221 abonnés au téléphone, 932 images, 77 heures de vidéo et 123 heures d’audio ont été vérifiés.

En plus de cela, 36 entretiens et 71 mouvements migratoires ont été réalisés, qui ont permis de lancer une série d’hypothèses sur ce que les autorités haïtiennes qualifient de coup d’État manqué.

Parmi les détails en suspens figure l’incinération de trois des six véhicules utilisés lors de l’attaque du petit matin du 7 juillet, prétendument aux mains de la foule enragée.

« Des preuves transcendantales ont été perdues dans ces véhicules, telles que des preuves d’empreintes digitales, la vidéo -DVR- du circuit fermé qui a été désactivé et extrait par l’un des commandos et soi-disant des millions de dollars que les commandos qui ont mené l’action auraient pris de l’endroit », lire dans un côté du document.

La Police haïtienne a émis 7 mandats d’arrêt contre le même nombre de ressortissants qui seraient impliqués dans le crime du Président Jovenel Moïse.

Précisément l’une des hypothèses lancées par les autorités dans le cadre du processus d’enquête est de savoir si le groupe de Colombiens savait que l’objectif était de tuer le président Jovenel Moïse.

Selon les témoignages recueillis, « on peut souligner que les accusés auraient su qu’ils allaient tuer le président », lit-on dans le document, et ils déclarent qu’un jour avant l’attaque – le 6 juillet – « le capitaine à la retraite Germán Alejandro Rivera García (de nationalité colombienne) a informé le groupe que le nouvel ordre était d’assassiner toutes les personnes qui se trouvaient dans la maison ».

Rivera avait été nommé à la tête de l’opération par James Solages, directeur de la sécurité de la CTU, qui l’a élevé au rang de colonel et lui a donné le nom de « Mike » comme pseudonyme de l’opération. En fait, dans l’enquête, les documents font référence aux ordres donnés par le colonel Mike.

Le colonel Mike a également informé le groupe de commandos que par ordre des « chefs » il avait été décidé qu’après la mort de Moïse, Christian Emmanuel Sanon (capturé) ne serait plus le président, ni John Joel Joseph (fugitif), dit ‘J3’, le vice-président, car la direction du pays serait assumée par l’ex-juge Windelle Coq Thélot, qu’ils appellent ‘Diamant’.

Ils soulignent dans le document que le groupe de commandos colombiens a immédiatement refusé catégoriquement et a exprimé leur désaccord en déclarant qu’ils s’étaient rendus en « Haïti pour s’occuper de personnalités de la vie nationale et pour ne tuer personne ».

Recevraient-ils 18 millions de dollars ?

Joseph Félix Badio, un fugitif de la justice, serait l’homme qui était en charge de la logistique de l’attentat cette nuit-là – livraison d’armes, de gilets pare-balles, de véhicules et d’informations préférentielles – ; parmi elle que dans la chambre du président se trouvaient deux valises noires et deux boîtes avec 45 millions de dollars, « dont 18 millions de dollars seraient le paiement qu’ils recevraient pour mener à bien l’action », souligne le document.

Ce serait l’argument, le versement de 18 millions de dollars, qui aurait convaincu le groupe de militaires à la retraite de procéder à la prise de la maison de Moïse, mais sur l’avertissement qu’« ils ne tueraient que le président, personne d’autre ».

Selon l’enquête, le groupe de militaires à la retraite est arrivé au domicile du président vers 1 heure du matin du 7 juillet et pour lancer l’opération, ils s’étaient organisés en quatre groupes, répartis dans 6 camions.

Trois ou quatre policiers haïtiens étaient accompagnés dans chaque véhicule , le principal étant le sergent Duberney Capador et Badio. « Ils ont soumis le personnel des deux points de contrôle d’entrée à la maison présidentielle, dans chaque position il y avait quatre hommes en uniforme et ils les ont montés à l’arrière des véhicules « , lit-on dans le document.

Pour les agences, il est clair qu’il y a eu complicité de la Police haïtienne qui a assuré la sécurité à l’intérieur de la maison car « la porte principale était ouverte ».

Il a été établi qu’un groupe, appelé Delta et composé de six hommes, parmi lesquels Mauricio Javier Romero Medina (tué) et Duberney Capador Giraldo (tué), a été désigné pour arriver à la chambre du président.

« Ils auraient pour mission d’assassiner le président et de chercher les dollars », lit-on dans le document. EL TIEMPO s’abstient de publier les noms de quatre autres personnes désignées pour entrer dans la chambre de la victime, afin de ne pas entraver l’enquête.

Les enquêteurs haïtiens ont établi que le reste des commandos était resté au premier étage, sous le commandement du colonel Mike (capitaine Rivera), qui communiquait constamment avec Capador par radiotéléphone.

« C’est pourquoi l’ épouse du Président Moïse dans son témoignage a dit que ceux qui ont parlé l’ont fait en espagnol », souligne le document.

Un autre aspect qui a retenu l’attention des enquêteurs est que les commandos ont trouvé de l’argent liquide dans la chambre du président, et les hommes dans la chambre « ont sorti les cartons, sacs et valises dans le couloir pour que le groupe qui se trouvait au premier étage aidera à baisser l’argent et à loger dans les fourgons », souligne le rapport.

En effet, des liasses de billets de banque, en coupure de 100 dollars, ont été saisies chez beaucoup au moment de leur capture.

Le document confirme que l’un des commandos qui se trouvaient au deuxième étage a pris la photo du président mort et qu’ils ne l’ont pas torturé ou n’ont effectué aucun rituel avec son corps.

Les ex-militaires colombiens ont quitté le site où ils se trouvaient avant l’opération, sont montés dans les véhicules et ont encerclé la cible, comme dicté par la tactique militaire.

« Ils étaient calmes, certains même qu’ils seraient protégés par les autorités haïtiennes, car on leur avait dit ça. C’est pourquoi ils n’ont pas fui l’île », indique le rapport.

En fait, les autorités haïtiennes ont réussi à établir que trois jours avant l’assassinat il y avait eu une réunion à « Casa Verde », comme on appelle la maison de Windelle (fugitive), à laquelle ont participé Rodolphe Jaar (fugitif), l’ancien sénateur Jhon Joël Joseph, Joseph Felix Badio (fugitif), James Solages (capturé), entre autres, et où il a été décidé que l’ancien juge assumerait la présidence.

C’est pourquoi on leur a dit que 72 heures après l’assassinat de Moïse, l’ex-juge Windelle Coq Thélot, ‘Diamante’, assumerait la présidence, et c’est pourquoi ils devraient aller immédiatement au Palais pour le protéger.

Ce que les commandos n’ont pas eu, c’est la réaction de la Police, qui a bloqué leur sortie. Le seul qui a réussi à s’enfuir est Mario Palacios Palacios, qui a emprunté une autre route.

Dans ce processus, les commandos arrivent à l’ambassade de Taïwan. Là, le colonel Mike leur assure qu’ils seront protégés, une situation qui n’est pas vraie et ils sont capturés.

À ce moment-là, Capador et Romero avaient déjà été tués par l’action des grenades que la police avait lancées dans leur réaction.

Le document confirme qu’il y a 26 Haïtiens impliqués dans l’assassinat, dont six sont toujours en fuite, ainsi que ‘Diamante’. Et 22 Colombiens, 18 capturés, trois morts et un fugitif.

Parallèlement, le rapport de la DCPJ sur l’assassinat de l’ancien président Moïse a été transféré au cabinet d’instruction et c’est le juge Mathieu Chanlatte qui est en charge du dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊