Jean Charles Moïse s’attaque aux politiciens haïtiens “RESTAVÈK BLAN” !

(TripFoumi Enfo) – L’actualité polititque haïtienne cristallise les débats. Les acteurs de ce secteur s’entredéchirent. Auquel cas, les États-Unis, très impliqués dans les affaires internes de la première république noire du monde, ont envoyé le jeudi 1er octobre deux émissaires avec pour mission d’aider à trouver une solution à la crise haïtienne qui a trop duré. C’est ainsi que le leader du Parti Politique Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse s’en prend aux politiciens haïtiens en les taxant de « Restavèk blan ».

Connu pour ses positions tranchantes par rapport à l’ingérence américaine dans les décisions politiques du pays, Jean-Charles Moïse tire à boulet rouge sur la classe politique haïtienne, si classe il y a. » Politisyen Ayisyen terib, yo p ap janm chanje », tweet-il pour exprimer son indignation en ce qui concerne l’attitude aplaventriste des hommes et des femmes haïtens face à la communauté internationale qui, comme et quand elle le veut, dicte ses lois à ces derniers.

L’ancien maire de Milot, commune du département du Nord, exprime son regret par le fait que des éléments de la vie politique du pays avaient refusé de l’écouter quand il avait proposé un seul accord politique en guise de 3 afin de sortir la nation dans le bourbier dans lequel elle se trouve depuis environ une décennie. » Jodi a, tonton sam debake, li di menm koze a, epi tout moun obeyi », fait-il remarquer dans son tweet.

Optimiste quant à une sortie de la léthargie du peuple haïtien, l’ex parlementaire croit qu’un jour viendra où cette nation prendra son destin en main et ce, au grand dam de la communauté internationale et de ceux et celles qu’il considère comme des esclaves par rapport à leurs prises de décision. « Delegasyon monte, delegasyon desann, zizirit pi rèd », se réjouit déjà celui qu’on appelle le bombardier du Nord.

C’est un fait. Depuis bon nombre d’années, l’avenir politique d’Haïti est décidé par la communauté internationale, notamment les États-Unis. S’il est vrai qu’il existe une groupuscule d’hommes et de femmes haïtiens qui osent lever leur voix pour dénoncer cette ingérence américaine, beaucoup d’autres se taisent de peur d’être sanctionnés par le blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊