Haïti – A chaque dictateur ses officiers emprisonnés, portés disparus ou fusillés : le 8 juin 1967, Duvalier en fait exécuter 19

Haïti, 8 juin 1967 : exécution de 19 officiers soupçonnés par Duvalier de trahison.

Haïti, 7 février 2021 : le dictateur Jovenel Moise, sous l’accusation de fomenter un « faux coup d’état », fait arrêter et garder en prison pour plus d’un mois un haut gradé de la police nationale d’Haïti, Inspectrice générale de la PNH, Marie Louise Gauthier.

Haïti, 12 mars 2021 : après une énième tentative échouée en vue de « pacifier » ses propres gangs à Village de dieu, il fait également enfermer dans un cachot mal aéré un autre haut gradé de la PNH, Carl-Henri Boucher.

Haïti, 27 mars 2021 : le dictateur continue d’assurer la pleine et entière protection de l’ex-policier et chef de gangs G9, Jimmy Cherizier, tout en se lançant parallèlement à la poursuite de policiers syndiqués affiliés au groupe Fantôme 509 qu’il accuse de « criminels » alors que le pouvoir négocie avec des bandits et criminels pour la libération de certaines personnes kidnappées et même pour acheter [de nouveau] un véhicule blindé saisi par les gangs pro-pouvoir à Village de dieu.


https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Duvalier fournit au candidat Balaguer une douzaine de jeeps, une somme importante et fit voter en sa faveur plusieurs milliers d’Haïtiens, lui permettant de battre Juan Bosch par 3 votes contre 2»

(G. Jolibois et L.Péan).

Samedi 27 mars 2021 ((rezonodwes.com))–-On ne connaît pas un seul chef d’Etat haitien ne cherchant pas à devenir un dictateur après des tentatives infructueuses de renversement et ou de trahison soupçonnée…En ce qui concerne personnellement le dictateur Jovenel Moise, il a la hantise d’être un jour poursuivi par la justice et jeté en prison pour ses nombreux actes d’exactions, de criminalité, d’abus de pouvoir et de participation au détournement de fonds publics.

Après les attaques ciblées contre la population civile accablée et martyrisée durant les manifestations anti-gouvernementales, Jovenel Moise lance la chasse aux apprentis-sorciers Fantômes 509. Ces cachots commencent à regorger de prisonniers d’opinion.

Par ailleurs, le 8 juin 1967, dix-neuf (19) officiers et officiers supérieurs de l’armée d’Haïti sont exécutés à la prison de Fort-Dimanche par un peloton d’exécution sous les ordres de François Duvalier lui-même. Toutes les victimes sont Duvaliéristes et proches de la famille Duvalier ou de Papa Doc lui-même.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Les raisons de cette exécution demeurent floues. Les 19 officiers auraient été soupçonnés ou accusés de trahison par Duvalier mais les historiens réfutent cette thèse et mettent l’accent sur les méthodes de terreur de Duvalier lui-même qui faisait parfois tuer ses fidèles pour s’assurer une soumission plus grande encore au sein de l’armée et de la population en général.

Les dépositions de plusieurs officiers établissent qu’ils ne connaissaient pas les raisons de leur future exécution. Le peloton d’exécution, choisi par Duvalier lui-même, est uniquement composé d’officiers supérieurs amis ou parents des victimes.

L’exécution des 19 officiers le 8 juin 1967, continue de créer de lourdes interrogations quant aux complexités du pouvoir duvaliérien. Une note confidentielle de l’ambassade américaine nous éclaire: « Anderson Column reports assertion that CIA attemped François Duvalier assassination» (Ref: 1975STATE078458_b; 1975 April 7, 21:35, Monday). Dans cette note confidentielle, nous apprenons: «[…] En 1966, la C.I.A. souhaitait glisser un poison mortel dans la nourriture de Duvalier. […]. En 1968, la C.I.A. planifiait un bombardement du palais de Duvalier avec un B-25. […]. François Duvalier était pleinement conscient de tout ce qui se manigançait (scheming) contre sa vie».

En 1966 aussi, l’expression «nouvelle armée» dans le discours duvaliérien a un contenu annonciateur d’orages que peu parviennent à décrypter convenablement… jusqu’au JOUR du 8 juin 1967.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

source : Les relations internationales d’Haïti de 1957 à 1971 «la politique étrangère de François Duvalier» par Wien Weibert Arthus
1957-1986 : Régime dictatorial des Duvalier. (Pierre-Charles, 2000:90-94)

source

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊