Cri de détresse d’haïtiens en situation de besoin, en marge de la Covid-19

Sur Facebook, cette semaine, quelqu’un déclare vouloir aider des haïtiens en ce temps difficile. Il dit souhaiter donner 35 dollars US, soit 4 000 gourdes via MonCach, à environ 100 personnes. Sans se poser de question, des internautes l’envahissent en laissant leur numéro de téléphone en commentaire. Le plus dur, et c’est ce qui retient notre attention, certains se plaignent en montrant combien ils sont dans le besoin et que ce transfert leur serait très utile.

C’est normal que quelqu’un puisse vouloir partager de ce qu’il a avec son entourage. Il n’y a rien d’étonnant dans tout cela. Surtout lorsque l’on se réfère à ce temps de «confinement» déguisé qui appauvrit encore plus les familles haïtiennes. Parlé de pauvreté, ici, cela nous renvoie à une vue globale de la réalité haïtienne, sachant que le pays fait partie des plus pauvres de l’hémisphère. Mais pour avoir réellement une idée du grand niveau de besoin de ce peuple, nous vous emmenons à lire certains de ces cris de détresse, extraits des commentaires sur la page Facebook où l’offre a été postée.

Avant toute chose, lisons textuellement le message qui a été publié: «Nan lide pou n solidarize n ak chak grenn frè nou ki nan moman difisil nan moman an, staff Hit kreyòl deside fè yon don de $35 US ou 4000 goud MonCash ak 100 moun sèlman.
Yon moun ki enterese kapab prive n pou fè pati 100 moun sa yo. À noter se gras ak sipò dyaspora Ayisyen nap rive bay èd sa a. Si w pa nan bezwen pa ekri m souple». Et de ce message, découlent plus de 3 500 commentaires, 1 300 like et 5 200 partages. De tout cela, il faut le rappeler, le donneur avait mentionné seulement 100 personnes.

Maintenant, focalisons-nous sur certains des commentaires. Le premier qui nous intéresse est celui-ci: «Tanpri pa fè m menm jan ak 3000 mil goud la non. Yo fè m tann twòp men nimewo m. ** **. Mèsi davans». Après, pleuvent d’autres commentaires, certains plus convaincants que d’autres, montrant le niveau de besoin des gens.

«Mwen entèrese nimewo mon cash mwen se ** **. mèsi davans si tout fwa mwen ta arive youn nan benefisyè yo»;
«Nou pa konn kisa nou tap fè pou mwen»;
«La vi a di anpil bò kote pa m. Fè sa pou mwen silvouplè frè pa m. Nimewo m se ** ** non an se ….»;
«…. ** ** M konte sou nou wi m ap tann ti pam nan svp zanmi m yo»;
«** ** mwen gen yon granmoun sou kont mwen la l ap itil li»;
«mèsi davans ** ** ke Bondye ba w plis fòs ak kouraj la sante nan tout sa w ap fè nan vi w.»;
«Mwen t ap tèlman kontan mwen pa konnen konbyen mèsi mwen t ap di nou Bondye beni nou tout ** **»;
«Men nimewo pa m nan ** * … fè m patisipe SVP paske bagay yo pa bon pou mwen nan moman sa menm»;
«Bonswa frè m yo mwe ta renmen patisipe ladan l si m ta jwenn li li t ap bon pou mwen anpil. Mwen t ap tou vann bagay glase avel ** **»;
«Voye l pou mwen, mwen bezwen al lopital mwen gen dlo nan poumon»;
** * etandone se 100 moun n ap pran, m a di nou mèsi si m jwenn li tonton mwen yo… koz tout dyaspora se tonton m… pa Jovenel mwen non SVP nou mèt te ban m mwatye li t ap ede m».

Les commentaires sont nombreux, les demandes dépassent l’imagination. Cependant, il faut souligner que malgré ces milliers de commentaires, le message a été clair qu’il faut écrire en privé. Mais le besoin aveugle tellement les gens qu’ils n’ont même pas pu tenir compte de cet aspect.

Le constat est clair, la population est en grande nécessité. Personne, jusqu’à aujourd’hui, ne peut témoigner avoir reçu les 3 000 gourdes promis par le président. Quoique ce serait une goutte d’eau dans la rivière, ce serait quand même utile. Quel est le rôle du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) dans un cas pareil? Où est passée la Caisse d’Assistance Sociale (CAS)? Qu’en est-il du FAES? Ils n’ont pas de fonds disponibles pour aider ceux qui en ont les plus besoins ou, à l’instar des fonds du CIRH et Petro Caribe, ces argents sont aussi détournés?

Si rien n’est fait pour aider ces gens, nous allons devoir suivre Jean-Charles Moïse qui nous avait conseiller de nous recourir aux chèvrs, bœufs et chevaux, question de les demander quels herbes sont comestibles.

Le cas est grave. Nous sommes aux abords de la ruine. Avec près de 115 gourdes pour un dollar américain, les choses sont sur le point de dégénérer. Autre que la Covid-19, le malaise ou l’insécurité, la faim est l’autre épidémie qui exterminera les haïtiens. Il suffit seulement d’attendre son tour.

N.B.- Par respect, les noms et les numéros des gens ont été masqués.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊