Castro Desroches : Nicolas Duvalier et Olivier Martelly, chronique des enfants malades de Papa Doc

« Le premier de la classe ignore le plaisir que prend le cancre à regarder par la fenêtre. » Robert Doisneau.

Lundi 15 juin 2020 ((rezonodwes.com))– Il n’y a pas de pire étudiant que celui qui ne veut pas étudier. Je vous parle ici en connaissance de cause. Baby Doc s’en plaignait amèrement à Michèle et aux tontons flingueurs: « Ce p’tit bonhomme de Nicolas, c’est un cancre. Il parle un peu…François, et puis après? Moi, au moins, mon père était un Doc. Lui, son père, c’est quoi? À quoi…as-pire-t-il?»

Personnellement, en tant que père, en tant que géniteur, je comprends totalement Baby Doc. Je le comprends même…totalitairement.

L’élevage des bébés doc n’est pas chose facile. Papa Doc ne vous dirait pas le contraire. Il en a eu pour son compte. Il a élevé 4 cancres.

Papa Doc était si…infâme qu’il a choisi le plus cancre des 4 pour nous donner comme président à vie. En tant que docteur, en tant qu’ingénieur*, en tant que géniteur suprême, on croit faire un…génie, on croit faire une…si-reine, mais la montagne, têtue comme une bourrique, accouche d’une souris. Un rongeur de millions qui reste au…stade infantile de bateau en «papier».

Ça fait des vagues à l’âme, ça laisse un goût amer au…palais.

Quand on est mère comme Sophia, c’est encore «plus raide». En tant que mère, on adore ses enfants. On leur fait des câlins. On ne peut pas les « caler» à tout bout de champ. Même si c’est un Olivier qui raconte des salades à la télé. Des salades qui se terminent en queue de poisson pour toute la famille des Chats.

Mais revenons à nos pintades…

Année 1983. Pour décorer Bébé Nicolas, on lui met un mouchoir rouge et l’uniforme bleu des tontons makout: « Ah, il est mignon comme ça dans son berceau. Demain, on va volontairement le présenter à la foule avec son joli uniforme. On va lui mettre aussi un…bois cochon* à la ceinture. Sa ou panse Michèle?»

Mais elle, Michèle, elle ne pense pas. Elle dépense. Elle a des ailes. Elle vole.
Elle cumule, elle accumule, des bijoux, des cailloux, des fourrures, des boucles d’oreilles dernier cri. Elle se bouche les oreilles pour ne pas entendre le cri des enfants qu’elle affame.

Les années passent. Les unes plus longues que les autres. Dans la ville de Papadopolis, l’argent liquide coule encore à flot. Les têtes de pont exultent. On y chante, on y danse. C’est le printemps des Oliviers.

François Nicolas revient en Haïti. Il est en pays con-quis. Il fréquente le soir l’Ecole des Griots. Il prend du poids. Le fils du tigre ne saurait être végétarien. Il prend aussi du poil de la bête. Il se rase donc le crâne pour ressembler davantage à Sweet Mimi. Il présente son CV avec assurance. C’est une feuille blanche. Mais entre copains et coquins, cela se passe bien.

Profession? Fils et petit-fils de dictateurs à vie.
Education? CEP (Certificat d’Etudes Primaires.)
Occupations? Chômeur, flâneur, bambocheur, grand mangeur de griot.
Le recrutement se fait sans problème.

Michel Martelly: « À mon…avis, il est hautement qualifié. Son profil correspond parfaitement aux besoins de notre gouverne-ment».

Laurent Lamothe: « Excellent! Monsieur Duvalier, quand pouvez-vous commencer à ne rien faire?»

Nicolas Duvalier: « Je serai disponible à partir du 22. »

Lamothe et Martelly en chœur: « Parfait! C’est une bonne date pour nous aussi!»

En ce temps-là, Olivier Martelly était conseiller spécial du…Plézidan de la République, l’Honorable Michel Martelly. Olivier ne touchait pas un sou. Il ne touchait pas un franc. C’est ce qu’il a con-fié récemment au cours de son interview. Il était …béné-vole. C’est à croire que conseiller bénévole, ça rapporte des dizaines de millions en Haïti. Ceux qui ont des oreilles pour voir et des yeux pour écouter ont tout compris. Et même davantage…

Nicolas…aspire maintenant à devenir Président. Il  voudrait succéder au gouvernement provisoire qui va remplacer JoMo (au plus tard) le 7 février 2021.

L’opposition ne plaisante pas. Un candidat de l’extrême-centre qui s’est radicalisé, a lancé à JoMo un ultimatum: « Si je te vois aux abords du Palais le 8 février 2021, ce que tu prends, c’est ta part! »

Pour ma part, en tant que Conseiller Pédagogique à la Faculté de Psychiatrie, je recommanderais  à François Nicolas d’attendre les élections de…2057. Cela lui donnerait assez de temps pour…maîtriser les abc du bac.

Assis sur sa pierre philosophale, Maître Philogène, nouveau président du CEP (Conseil Électoral Provisoire), m’a affirmé que le CEP ( Certificat d’Etudes Primaires) ne va plus suffire désormais pour la Présidence d’Haïti. Il veut quelque chose de plus solide que le brevet élémentaire.

Il entend vérifier à la loupe les papiers des ingénieurs…si vils, les diplômes des…sorbonnards modestes qui refusent de citer le nom de leur université, les parchemins de ceux qui sont « à l’oral », ceux qui volent les titres pour pouvoir piller la caisse publique, les audacieux, les «yeux secs», ceux qui sont  en « chatte peinte», les maîtres d’armes, les maîtres chanteurs, les bêtes de scène dont le programme politique, c’est la bêtise.

En tant que père, je ne peux que me réjouir de constater que ces jours-ci, Nicolas Duvalier prend des cours de Sciences Humaines à Google High School. Il lit au lit. Je parie qu’à L’île-de-France les choses étaient trop difficiles. Néanmoins, on doit lui donner…crédit pour ses nouvelles dispositions. Il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir. Il a eu même la gentillesse de montrer au public un livre de Kissinger qu’il est en train de feuilleter en ce moment. C’est de bonne guerre. Je lui conseillerais d’ajouter à sa liste de lecture: Radiographie d’une Dictature de Gérard Pierre-Charles, Papa Doc et les Tontons Macoutes de Bernard Diederich, Fort Dimanche Fort-La-Mort de Patrick Lemoine.

Ceux qui portent encore des cicatrices, ceux qui ont échappé au carnage, au cimetière à ciel ouvert, ne devraient pourtant pas désespérer de Baby Duck. Qui sait? S’il cessait de nous prendre pour des canards sauvages, s’il cessait de mentir à ceux qui n’en demandent pas mieux, il pourrait un jour devenir…rhétoricien ou même philosophe.

Castro Desroches
============================
Post Scriptum:
J’ai pris plaisir à vous chuchoter cette histoire au tuyau de l’oreille. N’allez surtout pas leur expliquer ce que je voulais dire. On m’a fait l’honneur de me faire des menaces. J’accuse réception.

Je n’aime pas me baigner dans mon sang. Je voudrais, si possible, garder tout mon sang à l’intérieur de mon corps. Les balles ne sont pas bonnes pour ma santé. Surtout les balles à tête chercheuse…

=============================
*Jovenel Moïse n’a pas été le premier à voler le titre d’ingénieur. Michel Martelly avait avoué au cours d’une entrevue qu’il se faisait passer pour ingénieur en Haïti alors qu’il se «dégageait» comme maçon à Miami en vue de subvenir à ses besoins en poudre.

**Bois cochon: Pistolet, arme à feu, dans le vocabulaire makoutique du temps longtemps où j’avais…17 ans.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊