Aljany Narcius, une passionnée du métier de journaliste

                             <a href="https://lequotidiennews.org/"                                    rel="home">Le Quotidien News</a>                             <br>L&#039;actualité en continue<br><strong>«Il est beaucoup plus facile d&rsquo;être compétent dans un travail que l&rsquo;on aime&nbsp;», déclare Aljany Narcius, qui ne cache sa grande satisfaction due à sa passion pour le journalisme, son métier de cœur. En effet, la communicatrice peut se prévaloir d’un parcours enrichissant, malgré son jeune âge.</strong><br>Le 30 septembre 1990, une adorable petite fille vient au monde et grossit le nombre d&rsquo;une famille chrétienne, les parents étant Témoins de Jéhovah, à Port-au-Prince. Une enfant qui naît d&rsquo;un grand amour, et qui n&rsquo;apporte que de l&rsquo;allégresse à ses parents qui avaient déjà deux garçons. «&nbsp;J&rsquo;ai eu une belle enfance parmi mes frères et sœurs. Ils sont tous adorables, d&rsquo;ailleurs&nbsp;», témoigne Aljany Narcius qui a deux petites sœurs et qui sera, des années plus tard, une grande voix dans la presse haïtienne.<br>Aljany entame ses études primaires chez les sœurs salésiennes, avant d&rsquo;enchaîner ses classes secondaires entre le Lycée Marie-Jeanne et le Lycée Alexandre Pétion. Tout de suite après ses études classiques, en 2011, elle s&rsquo;inscrit à l&rsquo;Université Jean Price Mars où elle obtient sa licence en sciences de l&rsquo;éducation (option/philosophie). Elle n&rsquo;en fera pas une carrière.Alors que ses parents ont plus de trente ans dans l&rsquo;enseignement. «Je me suis toujours dit qu&rsquo;ils auraient pu gagner plus, s&rsquo;ils avaient choisi un autre métier&nbsp;», regrette la rédactrice en chef de Douvanjou Web média, Aljany Narcius, qui est toutefois reconnaissante, car c&rsquo;est grâce à ce métier que ses parents ont pourvu aux besoins d&rsquo;une famille de cinq enfants.<br>Deux ans plus tard, en 2013, Aljany s&rsquo;octroie une place à l&rsquo;Université d&rsquo;État d&rsquo;Haïti, plus précisément à la Faculté de Linguistique appliquée (FLA) pour étudier les sciences du langage. C&rsquo;est là qu&rsquo;elle découvrira l&rsquo;univers de son métier de cœur, le journalisme, qui l&rsquo;enchante tant. Ainsi, la jeune rédactrice fait ses premiers pas au quotidien Le Nouvelliste.<br>«&nbsp;J&rsquo;aime énormément les relations humaines, le contact avec un réseau polyvalent&#8230;j&rsquo;aime aussi rédiger et utiliser ma créativité dans <s>sa </s>&nbsp;la conception de supports pour faire passer un message&nbsp;», confesse la rédactrice. «&nbsp;J&rsquo;ai choisi le journalisme par rapport à ce que je suis, mes qualités, mes envies et mes compétences. Et j&rsquo;adore rencontrer des gens&nbsp;», explique Aljany, avec enthousiasme, sur les raisons qui l&rsquo;ont motivée à &nbsp;choisir le journalisme. Selon elle, il est beaucoup plus facile d&rsquo;être compétent dans un travail que l&rsquo;on aime. Elle en est la preuve.<br><strong>Ses débuts dans la presse</strong><br>La rédactrice en chef de Douvanjou Web média, Aljany Narcius, jouit d&rsquo;une enrichissante carrière en communication. Elle ne s&rsquo;en plaint pas. Quoi de plus beau que de gagner passionnément sa vie avec le métier de son cœur ! «&nbsp;C&rsquo;est à la FLA que j&rsquo;ai commencé à prendre goût au journalisme pendant les cours. Alors, j&rsquo;ai contacté Frantz Duval, rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste, qui m&rsquo;a proposé un stage&nbsp;», raconte la journaliste. Un stage qui n&rsquo;ira pas au-delà de six mois. Mais, elle y a rencontré de fins rédacteurs dont Roberson Alphonse, Claude Bernard Serant, Amos Cincir, Valéry Daudier, Juno Jean Baptiste et Pharès Gerôme, qui ont tous contribué à sa formation de journaliste. Elle leur en est reconnaissante.<br>Après ce stage, la passionnée de communication rencontre Rose-Adèle Joachim, directrice de Raj Magazine. Un magazine qui promeut la première République Noire, Haïti. «&nbsp;C&rsquo;est elle qui m&rsquo;a donné mon tout premier travail, et qui m&rsquo;a appris énormément de choses dans ce métier&nbsp;», témoigne la communicatrice Aljany, qui ne passera que deux ans dans cette agence de presse avant de rejoindre la rédaction du quotidien Le National qui vient à peine d&rsquo;ouvrir ses portes, comme pigiste à la rubrique culture. Elle commence alors à prendre du galon.<br>«&nbsp;Quelques mois plus tard, j&rsquo;ai été retenue à la Télé Pacific comme présentatrice avant d&rsquo;être appelée à la MINUSTAH FM, pour le poste d&rsquo;assistante à l&rsquo;information publique&nbsp;», poursuit la linguiste, qui se plaît à lire des articles de presse et &nbsp;regarder des séries télévisées pour occuper son temps. Au départ de la mission d&rsquo;Haïti, elle reprendra son poste au groupe Pacific.<br>Lassée de la routine, la belle plume Aljany veut s&rsquo;aventurer sur de nouveaux terrains, expérimenter une nouvelle &nbsp;possibilité dans le métier. Elle intègre ainsi l&rsquo;agence de presse Wellcom comme assistante de presse. «&nbsp;Une belle expérience qui m&rsquo;a permis d&rsquo;acquérir de nombreuses connaissances dans la communication&nbsp;», balance-t-elle.<br>Ses expériences dans le secteur des médias<s>,</s> sont nombreuses. Les unes plus enrichissantes que les autres. Fort de son expérience, elle aura travaillé à Challenges Magazine comme journaliste consultante, pendant deux belles années avant que le magazine ne ferme ses portes.<br><strong>La création de Douvanjou Web Media, une plateforme multimédia</strong><br>Après avoir expérimenté de nombreuses salles de rédaction, du journal Le Nouvelliste à Challenges Magazine, sans oublier son passage à la télé Pacific et à la salle des nouvelles de MINUSTAH Fm, Aljany Narcius juge enfin de bon ton de lancer une plateforme multimédia. «&nbsp;Avec des collègues journalistes, j&rsquo;ai créé en 2020 Douvanjou Web Média, une plateforme multimédia présentée exclusivement en créole&nbsp;», déclare la rédactrice en chef de ladite plateforme. À en croire ses propos, elle a créé cette plateforme dans le but de diffuser à un public plus important des sujets d&rsquo;actualité, des documentaires courts et des longs métrages, des reportages photographiques et des reportages sur des thématiques liées aux droits humains.&nbsp; «&nbsp;En effet,&nbsp;on a constaté qu&rsquo;il avait un manque d&rsquo;informations rédigées dans notre langue maternelle, alors que la majorité des Haïtiens ne parlent que le créole&nbsp;», précise Aljany Narcius sur ses motivations à lancer Douvanjou Web Média.<br>Dotée d&rsquo;une grande combativité et d&rsquo;un sens rigoureux du travail, la journaliste de carrière éprouve toujours le besoin de donner le meilleur d&rsquo;elle-même. Il en va de même pour la grande équipe qu&rsquo;elle dirige. Récemment, Douvanjou Web média, a raflé la mise dans la catégorie multimédia d&rsquo;un concours de reportage, Urbayiti, portant sur les différentes thématiques liées à la problématique de l&rsquo;urbanisme en Haïti. «&nbsp;Nous avons réalisé notre travail sur les constructions incontrôlées sur des terres cultivables du Sud de Port-au-Prince, précisément à Gressier&nbsp;», confie avec beaucoup de fierté, la rédactrice en chef qui se dit satisfaite du travail de son équipe.<br>Aljany Narcius, est une jeune femme qui fait montre d&rsquo;un sérieux professionnalisme dans le métier de journaliste, qu&rsquo;elle exécute de manière impeccable. Quand le mental est un peu trop tendu, elle prête ses oreilles aux sons mélodieux de la musique. Aljany raffole des voyages, &nbsp;du tourisme local et éprouve toujours le désir de rencontrer &nbsp;des gens. «&nbsp;Ce qui est intéressant dans le métier, c&rsquo;est qu&rsquo;on &nbsp;tombe en permanence sur de nouvelles personnes, qu&rsquo;on aurait jamais rencontrées autrement dans la vie quotidienne&nbsp;», avoue la jeune communicatrice qui reconnaît, toutefois, que le secteur auquel elle appartient connaît de graves problèmes en ce qui à trait notamment à la mauvaise réputation des acteurs du secteur. Elle pointe du doigt également le pullulement des médias en ligne qui, selon elle, constitue une véritable catastrophe. «&nbsp;Je crois que les autorités devraient se pencher sur la question et trouver un moyen de contrôler les médias. Car, ils font plus de mal que de bien&nbsp;», pense la journaliste expérimentée, Aljany Narcius, dans les colonnes du journal &nbsp;Le Quotidien News.<br><strong>Statler LUCZAMA</strong><br><strong>Luczstadler96@gmail.com</strong><br><br><a href="https://lequotidiennews.org/aljany-narcius-une-passionnee-du-metier-de-journaliste/?utm_source=rss&amp;utm_medium=rss&amp;utm_campaign=aljany-narcius-une-passionnee-du-metier-de-journaliste">source</a>

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d bloggers like this:

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊