,

Lors de la visite d’Emmanuel Macron à l’usine Sanofi Pasteur de Marcy-l’Etoile (Rhône), le 16 juin. LAURENT CIPRIANI / AP

Une restructuration de plus, après celles qui se sont succédées au cours de la décennie passée… C’est dans une ambiance sans doute électrique que les dirigeants de Sanofi détailleront aux syndicats, lundi 29 juin, la « feuille de route stratégique » qui comporte la suppression sur trois ans de 1 700 emplois en Europe – dont un millier en France et plusieurs centaines en Allemagne.

Annoncé vendredi 26 juin, lors d’un comité d’entreprise européen, le plan concerne des postes « en CDI, pour la plupart, dans les fonctions support, commerciales et des platesformes liées à la recherche », a précisé le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, qui a exclu toute fermeture d’usines.

Lire aussi Sanofi veut supprimer 1 700 emplois en Europe, dont un millier en France

Cette annonce a aussitôt déclenché la « colère » des organisations de salariés, la CFDT majoritaire jugeant ce plan « impensable », la CGT le qualifiant de « honteux » et tous le dénonçant comme « inacceptable ». Quant au gouvernement, qui soutient une relance industrielle dans les territoires, il prévient qu’il sera « vigilant » : pas de départ contraint ni de fermeture de site, a indiqué le ministère de l’économie et des finances.

Camouflet infligé à Emmanuel Macron

Ce plan social peut sembler incohérent avec l’annonce, le 16 juin, à Marcy-l’Etoile (Rhône), de l’installation d’une nouvelle usine de fabrication de vaccins à Neuville-sur-Saône (Rhône). Et en présence du président de la République. Cet investissement de 490 millions d’euros doit générer 200 emplois, avait précisé Paul Hudson, directeur général du géant pharmaceutique français depuis septembre 2019.

La suppression d’un millier d’emplois peut aussi apparaître comme un camouflet infligé à Emmanuel Macron, qui avait annoncé, ce jour-là, une enveloppe de 200 millions d’euros pour accompagner les laboratoires pharmaceutiques – y compris Sanofi – dans leurs recherches et leurs essais cliniques sur un vaccin contre le Covid-19.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Etat et Sanofi s’associent dans la recherche d’un vaccin contre le Covid-19

En fait, cette réduction d’emplois sur un effectif de 25 000 salariés dans l’Hexagone (100 000 dans le monde) est un des volets du plan de baisse des coûts de 2 milliards d’euros d’ici à 2022 annoncé en décembre 2019 par Paul Hudson. Le patron britannique avait alors présenté une « nouvelle stratégie » marquée par le recentrage de l’effort de recherche et développement (R&D) sur une centaine de médicaments (contre 300 actuellement). « Sanofi ne s’est pas assez fixé de priorités, nous devons nous focaliser sur les domaines où nous pouvons gagner », avait-il déclaré.

Il vous reste 51.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

The post « Ils ne s’arrêtent jamais », les syndicats de Sanofi s’indignent d’un énième plan social appeared first on Haiti24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :

Send us your Problem:

Please, Fill out all the fields.

Radio Station:

Your message has been sent. Thanks 😊